Le chiffre d’affaires d’ABB recule de 9% à 7,2 milliards de dollars, mais progresse de 3% en monnaies locales. Le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a fléchi dans les mêmes proportions que le bénéfice net, soit de 36% à 862 millions, faisant passer la marge opérationnelle de 17% à 12%, annonce aujourd’hui le groupe dans un communiqué.

Les entrées de commandes se sont inscrites à 9,15 milliards de dollars, en baisse de 16% (-3% en monnaies locales) par rapport à celles du premier trimestre 2008 toutefois particulièrement élévées. Les commandes en cours reculent elles de 7% à 25 milliards, mais progressent de 10% en monnaies locales.

«La demande dans les systèmes d’énergie, les industries du pétrole et du gaz a relativement bien résisté sur le trimestre, ce qui nous a permis de maintenir nos carnets de commandes pratiquement au même niveau record de l’an passé», a commenté le nouveau patron du groupe Joe Hogan dans le communiqué.

«Les ventes ont profité de nos carnets de commandes, mais nos bénéfices ont reculé, en partie en raison d’une utilisation moindre des capacités par rapport aux niveaux très élévés de l’année précédente, mais aussi en raison d’éléments non opérationnels», a-t-il poursuivi.

Programme d’économies renforcé

En dépit d’une visibilité limitée sur le reste de l’année, ABB confirme néanmoins ses objectifs de croissance sur la période 2007 à 2011, sauf pour sa branche Robotique, qui s’adresse majoritairement à l’industrie automobile. La division, qui a vu ses nouvelles commandes s’effondrer de 55% sur le trimestre, doit subir une nouvelle restructuration, indique ABB.

ABB durcit également ses objectifs d’économies. Ceux-ci passent de 1,3 à 2 milliards de dollars.