ABB a encore été à la peine l’an passé, conséquence du repli des commandes durant la récession. Malgré un dernier trimestre marqué par la reprise, le groupe électrotechnique a vu son bénéfice net annuel chuter de 12% par rapport à 2009, à 2,56 milliards de dollars.

Les ventes ont de leur côté fléchi de manière moins prononcée, soit de 1% à 31,59 milliards de dollars (30,3 milliards de francs), a annoncé jeudi le géant industriel établi à Zurich dans un communiqué. Au niveau opérationnel (EBIT), le résultat a également baissé de 7% à 3,82 milliards de dollars. Ces chiffres ont été mal accueillis par les marchés: vers 09h30, l’action perdait 1,6% à 22,82 francs.

Direction «satisfaite» Commentant la performance, la direction du groupe s’est toutefois montrée «satisfaite», Joe Hogan, le patron de la multinationale estimant qu’«ABB sort renforcé de la crise économique mondiale». Une satisfaction qui repose notamment sur l’évolution des nouvelles affaires, les entrées de commandes ayant elles progressé de 6% à 32,68 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année.

Et les trois derniers mois de l’année sont venus confirmer la reprise des affaires affichée depuis le début de l’année. Sur le seul 4e trimestre, les commandes ont bondi de 17% en variation annuelle, à 8,752 milliards de dollars. Entre juillet et septembre, elles s’étaient déjà accrues de 16%.

Demande accrue

A fin 2010, le carnet d’ordres se montait ainsi à 26,19 milliards de dollars, 6% de plus qu’un an auparavant. L’embellie progressive des commandes tout au long de 2010, s’est répercutée sur les ventes, celles-ci progressant de 5% à 9,18 milliards de dollars au 4e trimestre, après avoir mis fin à leur érosion trois mois auparavant.

ABB a en particulier tiré profit d’une demande accrue pour ses produits de la part des clients industriels ainsi que dans le domaine de l’approvisionnement en électricité. Les commandes de bases, soit celles inférieures à 15 millions de dollars, se sont envolées de 17% entre octobre et décembre, présentant leur plus vive croissance depuis deux ans.

Grosses commandes Et les affaires se sont présentées sous un jour encore meilleur pour les grosses commandes (plus de 15 millions de dollars), lesquelles ont crû de 21%. Le bond reflète notamment des ordres passés pour d’importants projets de transmission d’énergie en Europe et au Proche-Orient.

Le résultat d’exploitation trimestriel s’est quant à lui aussi fortement amélioré, gagnant 23% à 978 millions de francs. Une performance toutefois amoindrie par des provisions de 120 millions de dollars déjà annoncées et liées à un gros projet de la division des Systèmes énergétiques ainsi que des charges de restructuration d’un montant à peu près équivalent.

Optimisme pour 2011

Sur la base de ces valeurs, l’exercice en cours s’annonce sous de bons auspices. Marque de la confiance de la direction du groupe en l’avenir, le conseil d’administration propose aux actionnaires d’augementer le dividende à 60 centimes par action, contre 51 centimes au titre de 2009.

Pour l’exercice en cours, ABB table en particulier sur une croissance de la demande pour les solutions dans les domaines de l’énergie et de l’automation, liée au renouvellement des infrastructures.