ABB va réduire la hiérarchie zurichoise

Electricité Le patron du groupe s’explique sur la restructuration

«Toutes les options restent ouvertes.» Tout juste trois jours après avoir annoncé un programme d’économies de 1 milliard de dollars, Ulrich Spiesshofer, le directeur général d’ABB, s’explique dans une interview à la Finanz und Wirtschaft, à paraître ce samedi.

Stratégie, pression des actionnaires, rachats, marche des affaires… toutes les interrogations soulevées par cette annonce sont abordées. Mais nombre de questions restent ouvertes. Le patron du conglomérat électrotechnique confirme en tout cas que le siège d’Oerlikon sera concerné par la restructuration, qui doit s’étendre jusqu’à fin 2017.

De douze à huit étages

S’il ne précise pas combien de personnes seront touchées, Ulrich Spiesshofer répète sa volonté de simplifier les structures. «Entre moi et les clients, il y a pour l’instant jusqu’à douze étages hiérarchiques. Il ne devrait pas y en avoir plus de huit.» «Lorsque je suis arrivé chez ABB, il y a dix ans, il y avait 450 employés à Oerlikon. Nous sommes aujourd’hui environ 800, calcule le directeur. Il y a toujours plus de managers. Ceux-ci ne devraient pas être au siège mais sur le terrain.»