Abbott versera 4,5 milliards d’euros en espèces. S’y ajoutent jusqu’à 300 millions en versements à venir liés aux résultats, et 400 millions de reprise de dette.

C’est un peu un retour aux sources pour Solvay, qui à sa naissance au 19e siècle était une entreprise chimique. Le groupe reste aujourd’hui premier producteur mondial de carbonate de soude. La production industrielle de ce produit, utilisé dans l’industrie du verre, chimique et des détergents, utilise toujours le procédé à base de sel blanc et de calcaire mis au point à l’époque par Ernest Solvay.

Au fil des années, l’entreprise s’est diversifiée dans d’autres secteurs comme les plastiques et la pharmacie. Mais en avril, le groupe basé à Bruxelles a annoncé un réexamen stratégique de ses activités, disant examiner «toutes les options» pour sa pharmacie. Outre Abbott, le français Sanofi-Aventis et le zurichois Nycomed avait été cités dans la presse comme repreneurs potentiels.

La décision de vendre la pharmacie peut surprendre au premier abord, car c’est la division la plus rentable du groupe et celle qui jusqu’ici a résisté le mieux à la crise. Mais cela ne pèse pas bien lourd dans un secteur qui a connu ces dernières années une intense consolidation.

Un vrai plus pour Abbott

La pharmacie de Solvay apporte en revanche de réels avantages à Abbott. Elle va lui permettra de se développer sur les marchés émergents d’Europe de l’Est et d’Asie, ainsi que dans les vaccins.

Le laboratoire de Solvay aux Pays-Bas vient d’obtenir le feu vert des autorités sanitaires néerlandaises pour produire par culture de cellules les vaccins contre la grippe saisonnière et contre les grippes pandémiques actuelles. Ce rachat donne aussi à Abbot l’accès à plusieurs nouveaux médicaments contre l’hypertension et la maladie de Parkinson.

Opération bouclée début 2010

L’opération devrait être bouclée «au premier trimestre de 2010», sous réserve du feu vert des autorités de la concurrence. Solvay entend réinvestir les liquidités tirées de l’opération «en croissance externe et interne, avec un accent important sur la création de valeur à long terme».

Le groupe évoque des projets dans des régions à fort potentiel de croissance, de nouveaux produits à empreinte énergétique réduite. Cette trésorerie pourrait toutefois attirer un potentiel prédateur.

Solvay, dont le siège se trouve à Bruxelles, est présente dans 50 pays et emploie plus de 29’000 personnes dans ses activités chimique, plastique et pharmaceutique. En 2008, son chiffre d’affaires s’est élevé à 9,5 milliards d’euros.

Abbot est surtout connu pour ses médicaments contre le sida et ses aliments pour bébés. Il emploie plus de 72’000 personnes et commercialise ses produits dans plus de 130 pays.