Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Andrea Pfeifer, directrice d'AC Immune.
© Ursula Meisser

Santé

AC Immune teste un vaccin contre l’Alzheimer sur des trisomiques

La société lausannoise a démarré cette étude clinique en collaboration avec l’Université de Californie à San Diego

La société lausannoise AC Immune évalue un vaccin pour le traitement de la maladie d’Alzheimer chez des personnes atteintes du syndrome de Down. L’étude porte sur le vaccin ACI-24 qui sera testé auprès de 24 personnes.

Qu’est-ce qui a poussé la société lausannoise à tester ce vaccin auprès de personnes trisomiques? «La copie supplémentaire du chromosome 21 fait qu’ils développent des caractéristiques de type Alzheimer à une fréquence trois à cinq fois supérieure à celle de la population générale et à un âge beaucoup plus précoce. Les caractéristiques de type Alzheimer apparaissent chez plus de 98% d’entre eux, à partir de 40 ans», précise Eva Schier, chargée de communication chez AC Immune.

La société affirme remplir tous les critères éthiques. «Nous tenions à ce que le vaccin soit d’abord testé sur des personnes non atteintes par le syndrome de Down», précise Eva Schier. L’ACI-24 fait en effet déjà l’objet d’une étude clinique de phase 1/2a menée chez des patients atteints d’une forme légère à modérée de la maladie d’Alzheimer. Les résultats de cette première étude seront d’ailleurs connus d’ici 18 mois. «Comme pour tout essai clinique, nous travaillons avec un comité éthique ainsi qu’avec des centres spécialisés. Et les patients atteints du syndrome de Down devront bien sûr donner leur accord ainsi que leur famille», note Eva Schier.

Stimuler le système immunitaire

L’étude sera menée en collaboration avec le Down Syndrome Research et Treatment Center de l’Université de Californie à San Diego. Les instituts américains National Institutes of Health et la LuMind Research Down Syndrome Foundation assureront le financement de cette nouvelle étude clinique qui vise principalement à étudier l’innocuité et la tolérance de l’ACI-24. Elle permettra également de connaître son effet sur la production d’anticorps dirigés contre la protéine Abêta. Le vaccin est conçu pour stimuler le système immunitaire du patient afin qu’il produise des anticorps ciblant cette protéine de façon à prévenir l’accumulation et améliorer l’élimination de plaques bêta-amyloïdes. «Cette étude clinique pourrait améliorer notre compréhension de l’intervention précoce et de la prévention de la maladie d’Alzheimer en général», a mentionné Andrea Pfeifer, directrice d’AC Immune.

Parallèlement, AC Immune, qui a levé 84 millions de francs depuis sa création en 2003 auprès d’une dizaine d’investisseurs privés, poursuit le développement d’autres molécules. La société continue de travailler avec la société Janssen sur l’ACI-35, un vaccin qui vise la protéine phospho-Tau, considérée également comme un marqueur de la maladie d’Alzheimer. En outre, l’anticorps monoclonal crenezumab, issu des recherches d’AC Immune, sera porté cette année en phase clinique III par Roche.

Assise financière insuffisante

La société romande, qui fait régulièrement l’objet de rumeurs de prochaines de mise en bourse, possède une assise financière suffisante pour ne pas être dans l’urgence en matière de cotation.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)