Un bol d’air avant la grande plongée? De façon inattendue, le taux de chômage a reflué en Suisse au mois de juin, d’après les chiffres publiés mercredi par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). Il est passé de 3,4% en mai 2020 à 3,2% au mois dernier, alors que la plupart des analystes s’attendaient à une poursuite de la hausse engagée depuis le début de la crise du coronavirus. En chiffres absolus, le tableau reste spectaculaire: le nombre de chômeurs inscrits s’élève à 150 289 personnes, soit moins que le mois précédent, mais 50% de plus qu’en juin l’an dernier.

Les analystes de Swiss Life préfèrent se concentrer sur les statistiques désaisonnalisées (qui ne tiennent pas compte des effets saisonniers dans certaines professions), qui, elles, indiquent que le taux de chômage a légèrement augmenté, passant de 3,2 à 3,3%. «Mais c’est satisfaisant pour le moment», estime Marc Brütsch, chef économiste de l’assureur. D’une part, les mesures de la Confédération (réductions d’horaire de travail (RHT) et prêts-relais) fonctionnent et ont évité une flambée des inscriptions. D’autre part, ajoute l’expert, l’assouplissement rapide des mesures de confinement à partir de mai a également aidé. «L’emploi dans le secteur de la construction est robuste, c’est réjouissant. Tout comme dans l’hôtellerie, où le nombre de chômeurs a diminué en juin par rapport à mai.»