Le rapprochement des deux groupes formerait un géant d’une capitalisation boursière combinée de 46,2 milliards d’euros, selon leur valorisation au cours de clôture vendredi.

La famille de Leonardo Del Vecchio, le patron italien de Luxottica qui contrôle 62% du groupe via la holding Delfin, va apporter sa participation à Essilor, qui lancera ensuite une offre d’échange sur les actions restantes, ont indiqué les deux groupes dans un communiqué.

La future entité pèsera plus de 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires et comptera plus de 140 000 employés dans le monde.

Leonardo Del Vecchio, président exécutif de Luxottica, deviendra PDG d’EssilorLuxottica tandis qu’Hubert Sagnières, actuel PDG d’Essilor, prendra le poste de vice-président directeur général délégué, selon le communiqué. Les deux hommes disposeront des «mêmes pouvoirs».

Les administrateurs d’Essilor et de Luxottica ont approuvé cet accord dimanche.

L’apport des parts de Delfin, sur la base d’une parité de 0,461 action Essilor pour une action Luxottica, est encore suspendu aux autorisations de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et des autorités de la concurrence des pays concernés, attendues au deuxième semestre.

Au terme de l’opération, Delfin détiendra entre 31 et 38% de la future entité, baptisée EssilorLuxottica. Le conseil d’administration sera composé à parité de représentants des groupes.

Cette fusion «devrait générer progressivement des synergies de chiffre d’affaires et de coûts» pour un montant attendu entre 400 et 600 millions d’euros «à moyen terme».

Luxottica détient les marques telles que Ray-Ban, Oakley et Sunglass Hut. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros en 2015. Essilor a, lui, réalisé un chiffre d’affaires de plus de 6,7 milliards d’euros en 2015.