Auparavant dans l’ombre de Foxconn, numéro un mondial de la sous-traitance, Pegatron est désormais en pleine lumière. La société basée à Taïwan, et dont les usines sont situées en Chine, est accusée de multiples violations du droit du travail. En sous-main, c’est Apple, client important de Pegatron, qui est visé.

Dans un rapport de 60 pages publié lundi et intitulé «Les promesses non tenues d’Apple», l’organisation China Labor Watch (CLW) dénonce 86 violations de la loi chinoise du travail. L’organisation, qui est en contact avec Apple et qui a déjà audité les usines de ses sous-traitants, a inspecté trois sites de Pegatron – employant au total 70 000 personnes – de mars à juillet 2013. CLW signale en particulier des problèmes concernant le nombre d’heures de travail. Les moyennes constatées sont de 66, 67 et 69 heures par semaine dans les usines, alors qu’Apple, selon CLW, notait en début d’année que dans 99% des cas, sa règle des 60 heures par semaine était respectée. CLW note aussi que la limite normale en Chine est de 49 heures hebdomadaires.

«Nos recherches ont montré que les conditions de travail dans les usines de Pegatron sont encore pires que celles chez Foxconn», a écrit Li Qiang, responsable de CLW. Des problèmes liés à la sécurité au travail, à l’hygiène et aux salaires ont aussi été signalés.

«Aucune déviation tolérée»

Apple, qui publie chaque année un rapport – de plus en plus détaillé – sur ses sous-traitants, a réagi. «Nous allons enquêter en profondeur sur ces cas et nous assurerons que des actions correctrices seront entreprises si nécessaire», a déclaré une porte-parole d’Apple à l’agence Bloomberg, précisant que sa société «ne tolérera pas de déviations de notre code de conduite». Pegatron a lui aussi affirmé qu’il allait se renseigner.