En l'an 2000, le secteur du business to business (B2B) réalisera sans doute un chiffre d'affaires dépassant les 100 milliards de dollars, selon la banque d'affaires Goldman Sachs. C'est donc pour faire un premier pas sur ce marché très prometteur qu'elle ne maîtrise pas encore, que MTF, holding soleuroise spécialisée dans l'installation et la maintenance de réseaux informatiques pour les entreprises, a racheté la firme Imis. L'acquisition de cette petite société, pour un montant non dévoilé, devrait permettre à MTF de doubler son chiffre d'affaires d'ici à 2003 (voir le tableau ci-dessous).

Les deux compagnies sont relativement peu connues du public. Pourtant MTF se qualifie lui-même de géant local. C'est en tout cas un acteur important dans le monde informatique en Suisse. Il a réalisé l'an dernier des ventes pour 245 millions de francs, un bénéfice opérationnel (EBIT) de 10 millions de francs, et emploie plus de 400 personnes. En Suisse romande, il possède deux filiales, l'une à Ecublens l'autre à Genève, qui font travailler 60 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 26 millions de francs. C'est surtout en Suisse alémanique que la holding essaime le terrain où 13 filiales sont présentes.

Au moment d'entrer dans la holding, la valeur de ces filiales a été évaluée de manière indépendante et chacune d'entre elles a reçu une part allant de 1 à 8% dans le capital de la maison mère. Le plus gros actionnaire (57%), entré dans la société l'année dernière, n'est autre qu'Alchemy qui s'est récemment distingué en manifestant son désir de reprendre le constructeur Rover avant de renoncer. La société basée à Guernesey n'a pas investi dans MTF pour sortir cette dernière d'ennuis financiers qu'elle n'a pas mais pour accroître son potentiel de croissance, souligne Dick Hoog, directeur pour la Suisse romande. Dès lors, le capital-actions de MTF est passé de 650 000 francs à plus de 17 millions.

Quant à Imis, encore moins connue que son nouveau propriétaire – dans lequel elle possède désormais par échange d'actions 3 à 4% du capital –, elle emploie une vingtaine de personnes et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 2,5 millions de francs. Cette société zurichoise présente plusieurs intérêts pour MTF. Elle occupe tout d'abord une place de choix en Suisse comme revendeur des solutions Intershop, un fournisseur de solutions software dans l'e-commerce de notoriété mondiale.

Elle a également développé plusieurs solutions visant par exemple à rationaliser les entrées de commandes des entreprises. Par cette acquisition, MTF espère donc «offrir des solutions globales dans toute la Suisse».