Swatch Group s'est offert les Montres Jaquet-Droz. Le groupe de Nicolas Hayek a annoncé mardi avoir acquis les actions de la société basée à La Conversion/Lutry. Dans l'environnement actuel, marqué par un processus de concentration en passe de s'achever et la clarification des jeux de rôle dans le marché horloger, cette opération ne peut être comparée à d'autres ventes à venir, autrement plus significatives (Jaeger-LeCoultre, IWC et Lange & Söhne en particulier).

Si le montant de la transaction n'a pas été divulgué, il n'a pas du être exagérément élevé. Swatch Group a repris le capital contrôlé jusque-là par Cupola Venture Partners Ltd (Cayman Islands) et des actionnaires privés suisses. La société financière Cupola, constituée de capitaux anglo-saxons et arabes, était entrée dans le capital des Montres Jaquet-Droz S.A. au cours des premiers mois de l'année 1999 afin d'assurer le développement de la marque. On savait malgré tout la marque aux prises avec certaines difficultés: active dans le produit horloger mécanique raffiné et les automates, Jaquet-Droz écoule sa production de niche (quelques centaines de pièces annuellement) en Extrême-Orient pour l'essentiel, auprès d'une clientèle d'amateurs sélectifs.

Jaquet-Droz était propriété d'Investcorp depuis 1991, aux côtés de Breguet, d'Ebel et de Chaumet. Le groupe l'a cédée en 1995 à François Bodet et Yves Scherrer, tous deux transfuges de chez Breguet.

S'imposer dans le segment du luxe

Ainsi que le précise le communiqué de Swatch Group, «les produits des Montres Jaquet-Droz S.A. complètent la palette de Swatch Group dans le segment du luxe», segment dans lequel le groupe – en dépit des marques Breguet et Blancpain – peine à s'imposer: l'entité de Nicolas Hayek reste avant tout orientée sur le produit de masse des segments médian/inférieur, et véhicule une image sans relation aucune avec la culture du luxe contemporain, telle que Richemont/Vendôme ou LVMH savent la pratiquer.

Un atout de cette marque, dont les origines remontent au Chaux-de-Fonnier Pierre Jaquet-Droz (1721-1790), est qu'elle est la seule à être active – en marge des montres-bracelet et de poche – dans le développement et la fabrication d'androïdes et d'automates très sophistiqués, filiation directe des créations qui firent la renommée de l'horloger de La Chaux-de-Fonds à l'époque. Swatch Group met ainsi le pied dans un créneau étroit, s'offre d'une certaine manière une image ainsi qu'une clientèle triée sur le volet, à fort pouvoir d'achat et friande de pièces uniques d'exception.