Réunis lundi à Zurich en assemblée générale ordinaire, les actionnaires d’Holcim ont accepté à une large majorité l’ensemble des propositions du conseil d’administration. Réélu, le président du cimentier st-gallois, Wolfgang Reitzle, a assuré du bon déroulement des opérations en vue de la fusion avec le concurrent français Lafarge.

La désignation la semaine passée du futur directeur général du futur groupe fusionné LafargeHolcim en la personne de Eric Olsen tout comme l’adaptation du ratio d’échange de titres ont permis d’aplanir les récents différents entre les deux partenaires, a rappelé M. Reitzle aux 871 actionnaires représentés lors de l’assemblée générale. Son ordre du jour ne comportait cependant aucun point concernant le mariage avec Lafarge.

Pour mémoire, la question fera l’objet d’une assemblée générale extraordinaire le 8 mai prochain. A cette occasion, les propriétaires du cimentier sis à Jona, et dirigé depuis Zurich, devront se prononcer sur une augmentation de capital en vue de procéder à l’échange d’actions prévu dans le cadre de la fusion.

Le projet des deux premiers producteurs de ciment de la planète a obtenu au début du mois l’aval des autorités cartellaires indiennes. Ne manque plus encore que les feux verts réglementaires aux Etats-Unis, au Canada, en Equateur et en République de Maurice.

Manifestation

Outre la réélection pour un mandat d’une année de M. Reitzle, les actionnaires ont également prolongé pour une durée identique ceux des administrateurs Beat Hess, Alexander Gut, Adrian Loader, Thomas Schmidheiny, Jürg Oleas, Hanne Birgitte Breinbjerg Sorenson, Dieter Spälti et Anne Wade. Ils ont accepté le versement d’un dividende de 1,30 franc par action au titre de l’exercice 2014.

En revanche, la proposition d’un de leurs pairs de verser un dividende de 4 francs a été rejetée. Les actionnaires ont donné leur aval au montant maximal prévu pour la rémunération du conseil d’administration, soit un montant de 4,37 millions de francs, ainsi que les 28,9 millions de francs destinés aux salaires de la direction générale du groupe l’an prochain.

Les participants à l’assemblée générale ont auparavant été accueillis à l’entrée du Hallenstadion par une cinquantaine de représentants du personnel d’Holcim et de Lafarge. Ces derniers ont tenu à leur rappeler leur responsabilité sociale, tout en exigeant dans le cadre de la fusion des améliorations au niveau des droits des salariés.

Les manifestants ont ainsi demandé la garantie d’un contrat de travail d’une durée d’au moins deux ans pour l’ensemble des collaborateurs de Lafarge et Holcim. Ils ont aussi fait part de leur préoccupation quant à l’avenir des 15’000 salariés des sociétés que les deux partenaires se sont engagés à céder, afin de répondre aux exigences des autorités en matière de concurrence.

Ambitions confirmées

Bernard Fontana, le directeur général d’Holcim, a pour sa part confirmé les ambitions de la direction pour l’année en cours, partant du postulat d’un rétablissement de l’économie mondiale. Sur une base comparable et ajustée des charges liées à la fusion, l’excédent d’exploitation devrait demeurer stable, entre 2,7 et 2,9 milliards de francs.