Le comité des conseils d’administration indépendants estime, dans sa prise de position publiée mercredi, que l’analyse financière sur laquelle repose l’OPA de Novartis s’appuie sur des bases «très faibles». Celle-ci ne prend notamment pas en considération la performance d’Alcon sur le marché.

Novartis, qui a exercé début janvier auprès de Nestlé l’option d’achat qu’il détenait sur Alcon, veut payer moins aux actionnaires minoritaires que ce qu’il a déboursé en faveur du groupe alimentaire vaudois. Selon le comité, l’entreprise rhénane «manque de respect» à l’égard des actionnaires minoritaires.

Pour lui, nombre de ces derniers sont aussi des employés d’Alcon, une entité dont ils ont contribué à l’essor ces dernières années, précise le communiqué. Le comité s’engage donc en faveur des actionnaires minoritaires et contre le remplacement unilatéral des conseils d’administration indépendants.

Il y a dix jours, des actionnaires minoritaires, de grands investisseurs institutionnels, ont déposé une plainte collective devant le Tribunal du district sud de New York. Ce groupe de copropriétaires juge inéquitable l’offre que leur soumet Novartis pour leurs parts dans Alcon.

Début janvier, Novartis a acquis auprès de Nestlé une participation supplémentaire de 52% dans le numéro un mondial des produits ophtalmologiques pour 28,1 milliards de dollars (28,65 milliards de francs).

Novartis a ainsi porté à 77% sa participation. Le groupe bâlois avait conclu en avril 2008 un accord avec Nestlé pour racheter progressivement Alcon. Dans un premier temps, il avait acquis un quart de la société américaine dont le siège se trouve à Hünenberg pour plus de 10 milliards de dollars.

La multinationale des bords du Rhin veut procéder à une fusion-absorption des 23% restants d’Alcon pour en détenir la totalité. La proposition vise à éviter les incertitudes et les spéculations quant à l’avenir de la société, selon Novartis.

Le groupe propose 2,8 actions Novartis pour chaque titre restant d’Alcon, ce qui correspond à une prime de 12% par rapport au cours de l’action. Cette prise de participation supplémentaire représente 11,2 milliards de dollars.