Des actionnaires montent au front contre la direction de Syngenta

Fusion Le refus de l’offre de rachat par l’américain Monsanto n’a pas été digéré

Certains gérants de fonds s’en plaignent, le titre ayant chuté

Les actionnaires ne sont pas contents. Ayant finalement poussé Monsanto à abandonner son offre de rachat, les dirigeants de Syngenta ont oublié que «ce ne sont pas eux qui sont les propriétaires de l’entreprise, ce sont les actionnaires. Ils doivent s’en souvenir», s’est plaint un gérant de fonds de la Banque Cantonale de Lucerne jusque dans les colonnes du Wall Street Journal de lundi.

La direction du spécialiste bâlois de l’agrochimie aurait dû parler davantage avec les actionnaires, estime-t-il, même s’il admet avoir eu quelques doutes lui-même sur le succès possible de la fusion.

L’un de ses homologues basé aux Etats-Unis a enchaîné sur le même ton: «La direction de Syngenta a jeté 15 à 20 milliards de dollars appartenant aux actionnaires», a-t-il déploré.

Car nombre de ces derniers avaient été tentés par le rapprochement avec le groupe américain. La dernière offre, déposée mi-août, à 470 francs par action (valorisant le groupe à 44 milliards de francs), avait été jugée encore insuffisante par les responsables bâlois. Pour ces derniers, qui s’étaient exprimés à plusieurs reprises dans les médias pour dire tout le mal qu’ils pensaient du rapprochement, les autorités de la concurrence se seraient sans doute opposées à une fusion, entraînant des coûts pour les deux groupes.

Alors que les avances de la multinationale américaine Monsanto avaient fait bondir le titre depuis fin avril, il s’est ensuite écroulé la semaine dernière, perdant 18% en une séance le jour du retrait de Monsanto. Il s’est redressé depuis, gagnant 3,5% à 335 francs lundi. De fait, l’action est à son niveau de début mai, avant que les prétentions du géant américain n’aient été rendues publiques.

Pour les analystes financiers, le titre du groupe bâlois a perdu de l’intérêt suite à ce dernier épisode. Ils sont désormais rares à conseiller aux investisseurs de l’acquérir. UBS, qui recommandait d’acheter le titre, est revenue à une posture neutre, visant un cours de 314 francs, alors que la banque jugeait que le titre pouvait atteindre 475 francs. Outre le refus et la révision en baisse des prévisions de chiffre d’affaires, l’analyste estime que la situation s’est dégradée pour les produits agricoles, la demande faiblissant, notamment en raison du ralentissement économique de la Chine.

«La direction de Syngenta a jeté 15 à 20 milliards de dollars appartenant aux actionnaires»