La Grèce a entamé «des actions préparatoires» pour une «éventuelle activation» de l’aide financière européenne et du FMI, a indiqué vendredi le Premier ministre grec Georges Papandréou, lors d’un débat au Parlement sur l’économie.

»L’activation de l’aide UE-FMI dépend de l’intérêt du pays (...)» mais «nous faisons toutes les actions préparatoires» dans ce sens, a indiqué M. Papandréou, répondant à une question du parti de la gauche radicale, Syriza, sur le rôle du FMI dans le mécanisme d’aide européenne.

Le ministère des Finances a indiqué jeudi que le gouvernement souhaitait clarifier ce mécanisme européen et entamer des discussions avec la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) sur «un programme de politiques économiques», précisant toutefois que cela ne constitue pas «une demande d’aide».

Les ministres de la zone euro ont décidé un programme d’aide à la Grèce, qui doit couvrir une période de trois ans, avec un volume de crédits allant jusqu’à 30 milliards d’euros, au taux de 5%, pour la première année. Cette aide devrait être combinée à un apport du FMI, d’un montant de 10 à 15 milliards d’euros.

Le Fonds monétaire international et la Commission européenne doivent envoyer lundi des représentants à Athènes pour discuter des conditions permettant un éventuel prêt à la Grèce, qui traverse une grave crise financière.