Roche a ouvert la voie avec l’homologation du Kadcyla aux Etats-Unis en 2013. Développé par la société californienne Genentech, rachetée en 2009, ce traitement est administré pour lutter contre certains cancers du sein particulièrement agressifs.

Reposant sur la technologie des anticorps conjugués (ADC), la thérapie a rapporté près de 2 milliards d’euros au groupe bâlois en 2020, des revenus en hausse de 34% sur un an. Cette nouvelle génération de médicaments combine des anticorps monoclonaux avec des molécules cytoxiques, très puissantes pour éliminer des cellules jugées indésirables. Sa force, c’est qu’elle va chercher à cibler uniquement les cellules tumorales et épargner les autres.