Jeudi à l'ouverture, le marché affichait une tendance légèrement en baisse, aidé par une préouverture négative des indices américains. La décision de la BCE de laisser ces taux inchangés n'affecte guère le marché, ceci ayant été déjà escompté. Les chiffres américains sur le chômage, moins bons que prévu, n'ont eu qu'un faible impact sur le SMI qui a fini dans le rouge à 4859 points, en baisse de 0,2%.

Logitech poursuit sa chute (-5,06%), des banques d'investissement revoyant leurs recommandations et prévisions sur le titre à la baisse. Adecco (-7,05%), après avoir fortement progressé depuis le début du mois, perd du terrain sous le coup de prises de bénéfices. La société, dont le plus grand marché hors Europe est les Etats-Unis, souffre suite aux chiffres du chômage américains toujours peu encourageants. Zurich FS figure également parmi les perdants (-2,24%) et cela pour la troisième séance consécutive. Une grande banque suisse a en effet revu aujourd'hui à la baisse ses prévisions annuelles sur le titre.

Parmi les bonnes performances de la journée, Swiss Life grimpe de 1,27% après avoir annoncé la vente de ses 22% qu'il détenait dans Tuxedo, toujours dans un souci de reconcentration sur son activité assurance tandis que Swiss Re (+0,45%) se remet des pertes de la veille suite à une recommandation à la hausse de la part d'une banque suisse. Swisscom, après avoir hier pratiquement touché son plus bas niveau en dix mois, rebondit de +0,79% après qu'OIAG, l'agence en charge de la vente de Telekom Austria, a annoncé aujourd'hui qu'aucune offre n'avait été déposée. Unaxis poursuit sur sa lancée en début de séance, dopé par les titres semi-conducteurs aux Etats-Unis en hausse de presque 10% en quelques jours, avant de s'effriter et de clôturer en baisse (-0,87%) influencé par l'ouverture de la Bourse américaine.

Du côté des grosses capitalisations, Roche surperforme l'indice (+1,15%) après qu'un tribunal d'appel américain a annoncé que le groupe ne paiera que 18 millions de dollars suite à la querelle de licence l'opposant à Igen, au lieu de 505 millions. En outre Genentech, sa filiale, annonce des résultats largement au-dessus des prévisions des analystes.

Sur le marché élargi, SEZ s'étoffe de 4,75% après des commandes en hausse de 35% au second trimestre par rapport au premier.