Les groupes Adidas et H&M ont déclenché l'indignation en Allemagne dimanche en annonçant leur intention de cesser de payer le loyer des magasins fermés à cause du coronavirus. 

L'équipementier sportif allemand Adidas, qui a réalisé un bénéfice net de près de deux milliards d'euros (2,1 milliards de francs au cours actuel) en 2019, a été durement touché par l'effondrement des ventes en Chine et les fermetures massives de magasins. L'entreprise bavaroise, l'une des marques les plus connues d'Allemagne, a déclaré à l'agence de presse DPA qu'elle «suspendait temporairement le paiement des loyers, comme beaucoup d'autres entreprises».

Adidas promet de payer les petits propriétaires privés

«Il est irritant que de grandes entreprises se contentent d'annoncer l'arrêt du paiement des loyers», a réagi le ministre allemand des finances Olaf Scholz au quotidien Bild. Le ministre allemand des transports, Andreas Scheuer, a reconnu qu'il était «déçu par Adidas», soulignant l'impact négatif pour de nombreux petits propriétaires.

Lire aussi: Moins de morts en Allemagne, mais pour combien de temps?

Adidas a répliqué par la voix de son directeur général, Kasper Rorsted, qui a déclaré dans l'édition de lundi du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung que la plus grande partie des propriétaires des boutiques Adidas en Allemagne étaient «d'importantes sociétés immobilières et des entreprises d'assurance», qui avaient «principalement fait preuve de compréhension» face au gel du paiement des loyers. Adidas continuera à payer les petits propriétaires privés, a-t-il promis. «Ils recevront leur loyer d'avril comme à l'ordinaire.»

Un plan de sauvetage pour protéger les entreprises et l'emploi

Le géant suédois de l'habillement H&M a annoncé qu'il ne paierait pas non plus de loyer pour ses quelque 460 magasins fermés en Allemagne, en précisant à DPA qu'il avait informé les propriétaires et espérait trouver «une solution mutuellement acceptable» prochainement.

Ces annonces interviennent alors que le gouvernement allemand a dévoilé un important plan de sauvetage visant à protéger les entreprises et les emplois de l'impact économique de la pandémie. Ce plan comprend une disposition qui protège temporairement les locataires contre le risque d'être expulsés de leur maison ou de leur entreprise s'ils connaissent des difficultés financières en raison des mesures de lutte contre le coronavirus.

Lire encore: «Pour les petits indépendants, il est difficile d’économiser»