Pour l'exercice 2000, Aegon a publié des résultats en forte hausse. L'encaissement des primes augmente de 39%, à 20,7 milliards d'euros. Les revenus financiers atteignent 9,6 milliards, soit un bond de 44%. Le bénéfice net augmente de 32%, à 2,06 milliards d'euros, grâce notamment à l'intégration de l'américain Transamerica et du britannique Guardian, rachetés en 1999, ainsi qu'à la vente au belgo-français Dexia de la banque néerlandais Labouchère, spécialisée dans la gestion de patrimoine. La croissance autonome est de 12%. Pour l'année en cours, Aegon prévoit une augmentation de son résultat net dans une fourchette entre 10 et 15%. Le bénéfice net aux Etats-Unis a augmenté de 33%, à 1,33 milliard d'euros.

L'an dernier, le marché américain a représenté 65% du bénéfice. En 2001, cette proportion devrait encore augmenter. Car Aegon a profité de la publication de ses résultats pour annoncer une nouvelle acquisition. Le Néerlandais achète les activités de marketing direct de l'américain JC Penney, devenant ainsi, «le leader sur ce marché des assurances vie et santé» vendues par ce type de canal. Parallèlement, les deux compagnies signent un accord de coopération de distribution des produits Aegon sur quinze ans.

Les activités de marketing direct de JC Penney annoncent 12 millions de clients sur le continent nord-américain, soit «1,1 milliard de dollars de revenus de primes en 1999». JC Penney démarche principalement les possesseurs de cartes de crédits. De son côté, la branche de marketing direct d'Aegon aux Etats-Unis annonce 3,5 millions de clients, pour un revenu de prime d'1,1 milliard de dollars. Le rachat permet donc au néerlandais de doubler sa taille dans ce secteur. Aegon déboursera 1,3 milliard de dollars. La transaction sera financée par une émission d'actions, représentant 3% du capital. «Elle aura immédiatement un petit effet positif sur nos bénéfices en 2001», annonce la cinquième compagnie d'assurance européenne par sa capitalisation boursière.

Même si certains analystes ont regretté le recours aux marchés par une compagnie dotée d'un fort cash-flow, tous s'accordent pour commenter positivement l'acquisition, deux ans après celle de Transamerica Corp, pour 9,7 milliards de dollars.

Conquête américaine

Le rachat de JC Penney marque une nouvelle étape dans la conquête du marché américain par les établissements financiers néerlandais. Ces dernières années, ING a racheté coup sur coup ReliaStar et les activités d'assurance vie d'Aetna; Fortis, qui a opté pour une politique de développement dans des niches spécifiques outre-Atlantique, a fait main basse sur American Bankers Insurance, spécialisée dans l'assurance crédits. De son côté, ABN Amro est aujourd'hui la première banque étrangère aux Etats-Unis.