Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jho Low, le client de Rothschild Bank, dénoncé par des manifestants malaisiens à Kuala Lumpur, en avril 2018.
© SADIQ ASYRAF

Banque

Affaire 1MDB: la Finma s’en prend à Rothschild Bank AG

L’établissement zurichois a servi de plaque tournante pour des transactions immobilières financées par le pillage du fonds souverain malaisien

La Finma a terminé ses enquêtes liées au scandale du fonds souverain malaisien 1MDB. Le gendarme des marchés financiers a tancé vendredi Rotschild Bank et une filiale de la banque privée zurichoise pour avoir «gravement enfreint les prescriptions en matière de blanchiment d’argent». La dernière des sept enquêtes de la Finma dans ce gigantesque scandale de blanchiment est ainsi clôturée.

Selon une plainte civile du Département américain de la justice, déposée à l’été 2017, Rothschild Bank et sa filiale Rothschild Trust géraient de nombreux comptes pour le principal suspect de l’affaire 1MDB, l’homme d’affaires Jho Low, âme damnée et intermédiaire attitré du premier ministre malaisien de l'époque, Najib Razak.

Lire aussi: Tarek Obaid: la tragédie du Suisse au cœur du scandale 1MDB

L’argent du fonds souverain, détourné par Jho Low qui l’utilisait comme sa cassette personnelle, a servi à acheter des propriétés de luxe aux Etats-Unis. Notamment le Park Laurel Condominium à New York, plus tard revendu au gendre du premier ministre, Riza Aziz, producteur du film Le loup de Wall Street. A cette occasion, en 2012, quelque 34 millions de dollars auraient été versés à Jho Low sur son compte chez Rothschild Bank.

Jho Low disposait d’un autre compte dans cet établissement, au nom de Selune Ltd., qui a été utilisé pour une seconde acquisition immobilière à New York, celle du Time Warner Penthouse, pour 27 millions de dollars. Le compte Selune aurait encore été utilisé pour acheter une propriété en Californie, Oriole Mansion à Beverly Hills, pour plus de 37 millions de dollars.

Trusts néo-zélandais

Rothschild Trust gérait «l’essentiel des avoirs de Jho Low et de sa famille», selon la plainte américaine. Trois adresses à Londres faisaient notamment partie du patrimoine administré par le fiduciaire helvétique, via des trusts néo-zélandais. «Low utilisait de manière routinière le compte One Universe [toujours chez Rothschild Bank] comme compte intermédiaire», recevant divers paiements de ses innombrables comptes alimentés par les milliards de 1MDB.

Selon un communiqué de la Finma, Rothschild Bank et Rothschild Trust ont négligé «leurs obligations de diligence, de communication et de documentation» dans l’affaire 1MDB. «La Finma a constaté que la banque et l’une de ses filiales, active dans les opérations de trust, avaient insuffisamment clarifié l’origine des fonds dans une relation d’affaires importante, écrit le gendarme bancaire. Bien que de premiers indices d’une possible implication du client dans des activités de blanchiment d’argent fussent déjà présents au moment de l’ouverture de cette relation d’affaires, les établissements ont décidé de poursuivre cette relation et même de la développer de manière conséquente ultérieurement.»

Dénonciation tardive

De plus, «les deux établissements concernés ont, selon la Finma, également violé leurs obligations de communiquer: ils n’ont informé le Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (MROS) de leurs soupçons qu’avec un retard considérable». En guise de pénalité, la Finma se contente simplement de nommer un chargé d’audit pour vérifier que la banque et sa filiale ont amélioré leur système de lutte anti-blanchiment, comme elles s’y sont engagées.

La Rothschild Bank a réagi à cette décision dans un communiqué. Elle «reconnaît et regrette les cas où des défaillances ont été identifiées», écrit-elle. «Nous renforçons constamment nos systèmes et procédures et sommes déterminés à continuer à le faire pour identifier les crimes financiers de plus en plus sophistiqués auxquels est confrontée notre industrie.» La Rothschild Bank, qui opère aussi sous le nom de Rothschild & Co, est un établissement distinct de la Banque Edmond de Rothschild, même si les deux établissements partagent des origines familiales communes. 

Dans le cadre du scandale 1MDB, rappelle l’agence ATS, la Finma avait ouvert sept procédures dites «d’enforcement». L’autorité a aussi ouvert, entre 2016 et 2017, des procédures à l’encontre de sept responsables de banques.

Lire également: Une hallucinante collection de bolides genevois saisie dans l’affaire 1MDB

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)