A un moment – et on espère que ce sera pour bientôt –, il faudra que les autorités parlent. Le flou total entourant la stratégie cloud de la Confédération, légèrement surréaliste, doit cesser. Les citoyens sont en droit de comprendre ce que veut faire Berne avec nos données. On parle ici de l’appel d’offres pour des services cloud, jusqu’à concurrence de 110 millions de francs.

Evidemment, on a toujours très envie de comprendre pourquoi ce sont cinq multinationales (Oracle, IBM, Microsoft, Amazon et Alibaba) qui ont été choisies initialement. Il est d’ailleurs plutôt ironique que ce ne soit pas une entreprise suisse qui ait fait recours contre ce choix. Ecartées d’emblée à cause des critères imposés, les firmes helvétiques ont en effet vite compris que l’appel d’offres ne pouvait pas les concerner. Non, c’est une autre multinationale, Google, qui a fait recours contre ce choix initial, comme la Confédération l’annonçait la semaine passée.