Au premier trimestre 2004, Swiss a transporté 2,16 millions de passagers contre 2,7 millions un an auparavant, soit un recul de 17,6%. Toutefois, l'offre en sièges-kilomètres ayant été redimensionnée de 21,8% entre ces deux périodes, le taux de remplissage des avions s'en trouve amélioré, surtout en mars. Sur les trois mois, il a augmenté de 3,7 points, à 71,6%.

Les liaisons européennes ont particulièrement bénéficié de cette amélioration, leur coefficient d'occupation progressant de 5,9 points, à 55,5%. «C'est le signe que la stratégie choisie par la compagnie en 2003 était la bonne», commente le porte-parole Jean-Claude Donzel. Les marchés principaux, soit l'Angleterre, l'Allemagne, l'Autriche et l'Italie, se sont bien comportés. Les lignes intercontinentales, traditionnellement mieux occupées, ont connu deux premiers mois difficiles, suivis par une nette reprise en mars (l'effet de l'épidémie de SRAS en 2003 n'y est pas étranger). Le coefficient de remplissage y atteint 81,1% au dernier mois du trimestre, en nette progression sur tous les marchés sauf l'Afrique.

Par ailleurs, Swiss a annoncé mardi la nomination d'Ivan Haralambof, 42 ans, comme directeur général pour la Suisse romande. Entré en 1985 chez Swissair, il a occupé différents postes en Suisse et à l'étranger. A Genève, il coiffera les activités commerciales de Swiss dans la région et coordonnera les activités du transporteur aérien au niveau local. Il succédera début mai à Giovanni De Carlo, «appelé à d'autres responsabilités» – ces dernières n'ayant aucun rapport avec les postes vacants à la direction générale, précise le porte-parole.

Deux candidats pour remplacer André Dosé

Pour mémoire, Swiss doit remplacer son patron André Dosé, qui a démissionné il y a six semaines, ainsi que son directeur commercial. Selon la dernière édition de Cash, deux candidats seraient actuellement pressentis pour le poste d'André Dosé. Il s'agit de Christoph Franz, 44 ans, un économiste qui a commencé sa carrière dans le voyage avant de diriger le développement stratégique de Lufthansa, puis de rejoindre Deutsche Bahn. Stefan Pichler, 47 ans, ancien de Nike qui a été directeur opérationnel chez Lufthansa également, avant d'être nommé patron de Thomas Cook, serait le deuxième. Selon l'hebdomadaire alémanique, Christoph Franz, bien que moins profilé, aurait actuellement la préférence sur Stefan Pichler, plus cassant.