Justice

Les affaires troubles de SNC-Lavalin font trembler Ottawa

Multinationale québécoise du génie civil, des mines et de la métallurgie, SNC-Lavalin est impliquée dans des scandales de pots-de-vin aux ramifications internationales. En signe de protestation, deux ministres ont démissionné à la suite des révélations

L’affaire SNC-Lavalin a la saveur des grands scandales mis en scène par les réalisateurs hollywoodiens. Des centaines de millions de dollars détournés, des comptes en Suisse, des tractations sulfureuses avec des intermédiaires obscurs lors de transactions en Libye, au Cambodge et bien sûr au Canada. Tout cela sur fond de scandale d’Etat.

Et quel scandale! Depuis un mois, le pouvoir du jusqu’alors très populaire premier ministre Justin Trudeau est ébranlé. La raison? Selon des révélations du quotidien de référence The Globe and Mail, le chef du gouvernement aurait effectué des pressions sur celle qui était jusqu’en janvier 2019 ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould. L’objectif? Que cette dernière intercède auprès des autorités judiciaires pour que SNC-Lavalin ne soit pas poursuivi dans des affaires de corruption. Les pressions se précisent. Jody Wilson-Raybould a déclaré la semaine dernière à la Chambre des communes avoir fait l’objet de «menaces voilées» de la part de Justin Trudeau et de pressions «constantes et soutenues». Elle a été rétrogradée au Ministère des anciens combattants en janvier 2019, avant de démissionner à la mi-février.