Boeing, lourdement affecté par la pandémie de coronavirus, a lancé un emprunt obligataire de 25 milliards de dollars. Par conséquent, le constructeur aéronautique américain indique renoncer «pour le moment» aux 17 milliards de dollars qui lui étaient réservés dans le gigantesque plan de relance de l'économie américaine de 2 200 milliards de dollars voté par le Congrès. L'offre sera close le lundi 4 mai et se présente en sept tranches avec des maturités -la durée de l'emprunt- allant de 3 à 40 ans.

Boeing a confirmé mercredi réduire ses effectifs mondiaux d'environ 10%, soit 16 000 emplois supprimés, en raison de la pandémie due au coronavirus qui décime le transport aérien et les commandes d'avions. Ces suppressions d'emplois se feront via un programme de départs volontaires et des licenciements secs. Elles concernent principalement la division aviation civile, dont les effectifs vont être réduits de 15%, a précisé le directeur général David Calhoun, dans un courrier interne aux salariés en marge de la publication des résultats du premier trimestre.

Boeing, qui produit également des équipements militaires et spatiaux, n'a pas précisé de chiffre. Mais au vu des effectifs du groupe fin 2019, soit 160 000 personnes, environ 16 000 emplois vont disparaître. Lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes, David Calhoun a indiqué que 70 000 salariés étaient éligibles au plan de départs.

Lire aussi: Boeing redécollera malgré la crise

Le dirigeant a assuré qu'il n'y avait pas de deuxième vague de réductions d'effectifs prévue à moyen terme. «La nette réduction de la demande pour nos produits et services pour les prochaines années ne peut simplement pas soutenir les niveaux élevés de notre production» actuelle, fait valoir David Calhoun dans le courrier aux salariés consulté par l'Agence France-Presse (AFP).

Une crise depuis l'immobilisation du 737 MAX

L'agence de notation S&P a dégradé dans la foulée la note de solidité financière de Boeing, la reléguant désormais à un cran de la catégorie spéculative. Celle-ci signifie qu'une entreprise fait face à de fortes incertitudes et est par conséquent susceptible de ne pas rembourser sa dette.

Boeing était déjà en crise avant le Covid-19: l'immobilisation au sol le 13 mars 2019 du 737 MAX, son avion vedette, après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts, avait déjà fortement réduit ses revenus, gonflé sa dette et causé sa première perte annuelle en deux décennies. Le constructeur aéronautique fait l'objet d'une enquête au pénal du ministère américain de la justice et d'une flopée de plaintes de familles de victimes.

Lire aussi: L'immobilisation du 737 MAX pèse sur les comptes de Boeing

Les mesures de restriction des voyages, de distanciation sociale et de confinement pour endiguer la propagation du Covid-19 ont aggravé la situation. Elles ont en effet réduit le trafic aérien de plus de 95% aux Etats-Unis, d'après David Calhoun, tandis que les revenus des compagnies aériennes dans le monde devraient chuter de 306,1 milliards d'euros cette année. Boeing a dû fermer temporairement ses usines américaines et vient de les rouvrir mais la reprise de l'activité sera progressive.

Les cadences de production réduites

Outre les suppressions d'emplois, l'avionneur va également, comme son rival Airbus, réduire les cadences de production de ses long-courrier pour s'adapter au nouveau paysage aérien. Il ne produira plus que dix appareils 787 par mois jusqu'en 2021, contre 14 en début d'année, et descendra à sept unités en 2022. La production du 777 et de son remplaçant 777X va elle passer de cinq avions par mois à trois en 2021.

Lire encore: Boeing va reprendre la production des avions civils aux Etats-Unis

Celle du 737 MAX, suspendue depuis janvier, reprendra à de «faibles taux» au moment de la remise en service en 2020 et s'établira à 31 appareils par mois en 2021. Avant son immobilisation, Boeing en produisait 52 unités par mois. Boeing insiste sur le retour dans le ciel du MAX mi-2020, mais la pandémie devrait le repousser au moins à la fin de l'été, ont indiqué à l'AFP des sources industrielles. Les livraisons devraient reprendre elles au troisième trimestre, a affirmé mercredi David Calhoun.

Dans l'attente de l'aide gouvernementale

Les déboires du MAX et la crise sanitaire ont plongé Boeing dans le rouge au premier trimestre, avec une perte nette de 625 millions d'euros. Le chiffre d'affaires a baissé de 26,2% sur un an à 16,5 milliards d'euros, plombé par une chute d'environ un tiers des livraisons d'avions civils. La dette a bondi, de 26,6 milliards d'euros au 31 décembre à 37,9 milliards fin mars. «Boeing est persuadé de pouvoir obtenir des liquidités suffisantes pour financer ses opérations», affirme le fabricant d'Air Force One, l'avion présidentiel américain.

Lire également: Un plan de sauvetage pour les compagnies aériennes américaines

Boeing a demandé une aide gouvernementale d'au moins 58,5 milliards d'euros pour lui et ses 17 000 sous-traitants, mais ne dit pas s'il entend parallèlement solliciter les 16,6 milliards d'euros promis aux entreprises oeuvrant à la sécurité nationale dans le plan d'aide fédéral. Si les discussions avec le Trésor doivent démarrer prochainement, d'après des sources proches du dossier, David Calhoun a déjà averti qu'une entrée de l'Etat fédéral au capital était une ligne rouge à ne pas franchir.