Transport aérien

Air France-KLM choisit Jean-Marc Janaillac comme PDG

Jean-Marc Janaillac succèdera à Alexandre de Juniac à la tête d'Air France KLM. Il devra faire face à une concurrence rude pour maintenir l'entreprise à bonne altitude

Le conseil d'administration d'Air France KLM a choisi dimanche Jean-Marc Janaillac, actuel PDG de Transdev, pour succéder à Alexandre de Juniac à la tête du groupe, a annoncé la direction dans un communiqué.

Le conseil «a prévu que Jean-Marc Janaillac sera coopté comme administrateur du groupe lorsque Alexandre de Juniac sera amené à quitter ses fonctions au plus tard le 31 juillet prochain. Il sera alors nommé PDG d'Air France KLM», précise le communiqué.

Lire aussi: Décrypter la stratégie RH d'Air France KLM

L'expérience internationale du nouveau PDG comme atout

Le conseil d'administration «a considéré que l'expérience internationale de Jean-Marc Janaillac, sa connaissance du marché des transports notamment en France et aux Pays-Bas, ses succès dans le développement des entreprises dont il a eu la responsabilité, sa connaissance du transport aérien et de ses clients comme sa capacité de dialogue avec les salariés et les autres parties prenantes du groupe lui permettraient de relever les défis auxquels le groupe Air France KLM est confronté», indique le communiqué.

Alexandre de Juniac a annoncé début avril son départ, au plus tard fin juillet, pour rejoindre l'Association du Transport Aérien International (IATA).

Jean-Marc Janaillac, 63 ans, est depuis 2012 PDG de Transdev, groupe international spécialisé dans le domaine des transports en commun (trains, trams, bus etc.) et filiale conjointe de Veolia et de la Caisse des dépôts et consignations. Il a été précédemment président du directoire de RATP Dev (2010-2012) et directeur général du développement de la RATP (2004-2010).

Il a exercé des fonctions de direction générale au sein du groupe de tourisme Maeva (2000-2002) et de la défunte compagnie aérienne AOM (1997-2000). Jean-Marc Janaillac a également été administrateur d'Air France de 1989 à 1994. Il est diplômé de HEC et ancien élève de l'ENA. Il est issu de la même promotion Voltaire à l'ENA que François Hollande.

Une nomination à l'heure du projet d'accord «Perform 2020»

Le futur PDG héritera d'un groupe certes revenu dans le vert en 2015 après sept ans de pertes mais toujours en proie à des difficultés face à la concurrence des compagnies low cost dans les vols moyen courrier et de celles du Golfe sur le segment long courrier. Le groupe est aussi engagé dans des négociations délicates sur la productivité des pilotes d'Air France.

Le choix du nouveau PDG intervient d'ailleurs à la veille de l'échéance de la période d'ouverture à la signature par les syndicats de pilotes du projet d'accord «Perform 2020» de la direction que le SNPL a décidé de rejeter.

La direction proposait de baisser la rémunération à l'heure de vol, compensée par une augmentation du temps de travail, pour «coller à la saisonnalité» de l'activité d'Air France. La compagnie offrait en outre d'augmenter les effectifs de ses pilotes à «plus de 3.900 pilotes à fin 2020», contre près de 3.700 anticipés mi-2016.

Le groupe Air France-KLM a dégagé en 2015 un bénéfice net de 118 millions d'euros, grâce notamment à la baisse du prix du carburant et aux effets d'un premier plan de restructuration, au cours d'une année mouvementée sur le plan social.

En octobre dernier, les négociations sur le plan de croissance «Perform 2020» avaient conduit à des débordements au retentissement mondial avec l'image, désastreuse et désormais mondialement célèbre, de Xavier Broseta, le directeur des ressources humaines, torse nu, chemise déchirée par des employés lors d'un comité d'entreprise après l'annonce de nouvelles suppressions de postes.

Publicité