C’était clair depuis des années, et cela vient de se vérifier de nouveau: Apple invente rarement de nouveaux produits et services. La multinationale observe ce que fait la concurrence, imite et fait parfois mieux. C’est le cas avec les AirTags, commercialisés depuis vendredi. Ces petits accessoires, concurrençant les SmartTags de Samsung ou les produits de Tile, permettent très facilement de retrouver ses objets. Mission accomplie, donc, mais les AirTags ne sont pas parfaits pour autant.

Ces accessoires se présentent comme de gros boutons, d’un diamètre de 31,9 millimètres, d’une hauteur de 8 millimètres et d’un poids de 11 grammes. Très réussis d’un point de vue esthétique, les AirTags peuvent être personnalisés via la gravure de quelques lettres ou d’un émoji, gratuitement. Mais ces accessoires sont chers: 35 francs l’unité, ou 119 francs le pack de quatre (29,75 francs l’unité, donc). Les AirTags sont donc plus onéreux que les Tile ou les SmartTags, vendus entre 70 et 75 francs le lot de quatre.