Richemont ne pratique pas de couverture générale de ses ventes, indique un haut responsable du groupe international spécialisé dans le luxe. Certains «hedging» peuvent avoir lieu, mais sont limités à 60 ou 90 jours. 19,5% du chiffre d'affaires, au 30 septembre 2003, est pourtant réalisé en Amérique.

La société, qui se refuse à tout pronostic sur le niveau des changes, préfère «ajuster» ses prix et ses marges, précise cette même source. «Selon les mouvements de changes, nous essayons de balancer nos tarifs au niveau mondial, en les ajustant à la hausse ou à la baisse.» Un exercice «difficile» tant le prix reste un élément central dans l'industrie du luxe.