C'est un carrefour Internet dont on peut deviner qu'il ne manquera pas de visiteurs. Le serveur Alice, pour Adult learning information center, récemment ouvert par la Fédération suisse pour l'éducation des adultes (FSEA), devrait en effet s'imposer comme le rendez-vous des amateurs de formation continue, tant il tombe à point nommé.

Car le petit monde de la formation des adultes ressemble à une jungle dans laquelle il est difficile de s'orienter. L'offre de cours explose de toutes parts, stimulée notamment par les financements publics de cours pour les demandeurs d'emplois, et nombreuses sont les institutions qui s'engagent sur ce marché parfois juteux. Raison pour laquelle il devient urgent de créer une "base de données aussi complète que possible", plaide Sébastien Aeby, responsable romand du site FSEA.

Une plate-forme

Complet, le site http://www.alice.ch ne l'est évidemment pas encore. Mais il offre déjà de copieuses informations sur l'éducation permanente en Suisse, les principaux organismes et les tendances statistiques. Surtout, il propose plusieurs liens avec des moteurs de recherche spécifiques: on peut ainsi découvrir un état de l'offre de cours en Suisse grâce à Agora, la formation continue des universités, ou la Bourse des offres de perfectionnement. Idem sur le plan international: on peut trouver les liens des principales bases de données des Etats-Unis, du Canada et de France. Les domaines universitaires ainsi que l'éducation à distance y sont bien représentés. Reste, évidemment, à tendre des ponts avec d'autres pays et à enrichir les annuaires sur le plan de la formation professionnelle.

De fait, cette Alice est née d'une impulsion donnée par l'Union européenne. Dans le cadre du programme Socrates, qui inclut nombre de projets de formation à l'échelle de l'Union, Bruxelles souhaitait mettre sur pied une ambitieuse base de données consacrée à la formation continue. La première étape consiste en un CD-Rom, en cours de réalisation, auquel les Suisses ont été appelés à participer, en sélectionnant des offres de cours dans leur pays. Toutefois, la FSEA a renoncé à la confection de son propre CD. "Internet est beaucoup plus pratique, notamment pour la mise à jour des informations", explique Emil Locher, porte-parole de la Fédération à Zurich.

Les cadres sont les plus grands clients de la formation continue. Surtout parce qu'ils sont mieux orientés au sein de leurs entreprises

Comme l'ensemble des projets inclus dans Socrates auxquels la Suisse participe, c'est l'Office fédéral de la science et de la recherche qui a financé une partie de la mise au point du serveur. Ses responsables comptent sur des rentrées publicitaires drainées par des annonces en marge des pages afin de financer son fonctionnement.

Pour les autorités fédérales, c'est une manière d'accroître leur modeste participation à la formation continue dans le pays. Celle-ci souffre en effet de fortes disparités, comme le rappelle la FSEA dans ses pages. Par exemple, "les Alémaniques fréquentent nettement plus souvent les cours pour adultes que les Latins". Mais dans les deux parties du pays, l'écart le plus cruel sépare les cadres déjà formés, qui bénéficient en général des meilleurs programmes et des principaux investissements de formation, et les employés peu ou pas qualifiés. Pour toucher davantage d'adultes et leur prouver l'intérêt d'une formation continue, la FSEA prépare d'ailleurs son deuxième festival "Formation en fête", agendé pour le mois de juin 1999. D 'ici là, les internautes curieux, et Romands, glaneront peut-être quelques idées en visitant le pays d'Alice .