C’est assez rare pour être souligné. L’industrie automobile allemande a échoué à imposer ses vues sur le gouvernement fédéral. Quasiment aucune des mesures favorisées par son puissant lobby n’apparaît dans le plan de relance de 130 milliards d’euros annoncé mercredi soir.