Deux jours avant l’annonce des chiffres de la croissance allemande, le ministre des Finances Olaf Scholz appelait à l’optimisme. «Nous ne sommes pas en crise», a-t-il tonné mardi devant un parterre de chefs d’entreprise, à Berlin. «Le commerce international est en baisse et cela frappe de plein fouet nos entreprises tournées vers l’exportation. C’est simple et ennuyeux, mais selon les prévisions, la croissance repartira en 2020. Parler de crise est irresponsable», a lancé le social-démocrate.

Deux jours plus tard, les chiffres lui donnent raison. L’Allemagne échappe de justesse à la récession technique sur laquelle tout le monde tablait. Avec 0,1% de croissance au troisième trimestre, le pays reste dans le noir, après une chute de 0,2% de son PIB au deuxième trimestre. «L’économie reprend mais cela va trop lentement», s’est prudemment félicité Peter Altmaier, ministre de l’Economie.