Alstom, Siemens et treize autres groupes industriels ont été condamnés mercredi par les autorités espagnoles de la concurrence à des amendes cumulées de 118 millions d’euros pour entente illicite lors d’appels d’offres du gestionnaire public du réseau espagnol (Adif).

Lire aussi: Bruxelles interdit la fusion Siemens-Alstom voulue par Paris et Berlin

Alstom, condamné à une amende de 8,8 millions d’euros, a toutefois été exempté de paiement. Le groupe français bénéficie du «Programme de clémence» mis en place pour les entreprises qui fournissent des informations relatives aux cartels dont elles font partie.

666 000 euros d’amende pour les 14 dirigeants

«Pendant quatorze ans, ces entreprises ont créé plusieurs cartels pour les appels d’offres de l’AVE (train à grande vitesse, ndlr) et du train conventionnel», a expliqué la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) dans un communiqué.

Les amendes atteignent au total 118 millions d’euros (132 millions de francs) pour les quinze groupes et 666 000 euros (745 000 francs) pour quatorze dirigeants responsables de ces ententes illégales dans le cadre d’attributions de marchés d’infrastructures ferroviaires (systèmes d’électrification et d’électromécanique).

Lire également: Alstom et Siemens estiment remplir les conditions de Bruxelles pour s’unir

Comme Alstom, Siemens a bénéficié du programme de clémence et a vu son amende initiale de 16,8 millions d’euros réduite de 45%, à 9,24 millions d’euros. Parmi les autres groupes concernés, Cobra (27,2 millions d’euros) et Elecnor (20,35 millions d’euros) sont les plus fortement sanctionnés.