Alstom a dévoilé lundi l'existence d'irrégularités comptables au sein de sa filiale américaine Alstom Transportation Inc (ATI). Cette annonce a échaudé encore un peu plus les investisseurs. Ces derniers ont presque perdu toute confiance dans le groupe spécialisé dans les transports et l'énergie. Dans un communiqué, Alstom a précisé que ces irrégularités se traduiraient par une charge après impôts de 51 millions d'euros (79,3 millions de francs) dans les comptes de l'exercice 2002/2003, clos le 31 mars 2003.

D'après les analystes, la charge de 51 millions d'euros devrait ramener à zéro la marge opérationnelle de la division transports d'Alstom, l'une des rares à être profitable. L'annonce de ces irrégularités vient au pire moment pour Alstom, qui, lors de son assemblée générale, va solliciter demain mercredi l'appui de ses actionnaires pour une augmentation de capital de 600 millions d'euros indispensable à la survie du groupe.

Le groupe a assuré que les irrégularités comptables, qui ont conduit à une sous-estimation des pertes d'ATI, portaient sur un seul contrat de fourniture de matériel ferroviaire aux Etats-Unis. D'une part, une partie des coûts engagés sur un contrat de matériel ferroviaire aurait été transférée sur d'autres contrats et, d'autre part, les coûts prévisionnels liés à ce même contrat auraient été largement mésestimés.

Mais les analystes financiers se montrent sceptiques, estimant que le groupe pourrait faire d'autres révélations. «Pour parler clairement, il s'agit de pratiques comptables frauduleuses», a estimé Ben Uglow, analyste chez Morgan Stanley. «Cela démontre l'absence de rigueur dans la gestion plutôt qu'une fraude organisée […] mais ils sont incapables de rassurer le marché en disant qu'il ne s'agit que d'un cas isolé.» «Tout ceci est très inquiétant pour une entreprise qui est à deux doigts de la faillite», a-t-il ajouté.

Alstom entend cependant prouver sa bonne volonté. Un audit «auquel participent des auditeurs et des juristes extérieurs à l'entreprise» a ainsi permis d'évaluer le montant de ces irrégularités. Dans l'attente des résultats définitifs de cet examen, le directeur général et le directeur financier d'ATI ont été suspendus.

Il n'en reste pas moins que les marchés restent sceptiques. Résultat: le titre a glissé de 4,46% à 3 euros lundi.