Enquête

Amag soupçonné d’accords sur les prix au Tessin

La Comco a ouvert une enquête le 26 juin contre Amag et d’autres revendeurs de véhicules de différentes marques du groupe Volkswagen au Tessin

La Commission de la concurrence (Comco) soupçonne Amag, distributeur des marques du constructeur allemand Volkswagen, et d’autres concessionnaires d’accords illicites sur les prix au Tessin. Le gendarme helvétique de la concurrence a ouvert une enquête dans la foulée.

Ouverte le 26 juin, celle-ci vise Amag automobiles et moteurs SA et ses sociétés affiliées, ainsi que d’autres revendeurs de véhicules de différentes marques du groupe Volkswagen au Tessin, a précisé la Comco dans une communication datée de mardi et publiée dans la Feuille fédérale.

Des «indices d’accords»

«L’enquête a été lancée en raison d’indices d’accords sur des soumissions lors d’appels d’offres publics pour la livraison de véhicules et de flottes de véhicules dans le canton du Tessin», a détaillé le régulateur.

Selon lui, les revendeurs locaux de véhicules du groupe Volkswagen auraient convenu de leurs offres au canton et aux communes tessinoises dans les années 2012, 2013 et 2014. Contactée par AWP, la direction d’Amag n’était pas disponible dans l’immédiat pour commenter cette information.

Lire aussi: Scandale VW: Amag n’échappera pas à une enquête pénale

Publicité