conseil

Amaris embauche à tour de bras

Le genevois compte 350 clients, des multinationales essentiellement. Le chiffre d’affaires devrait atteindre 80 millions de francs en 2013

En forte croissance, Amaris engage. La société de conseil, établie à Genève, a annoncé hier vouloir recruter encore 700 personnes cette année, dont 80 en Suisse. Essentiellement des consultants expérimentés ainsi que des jeunes diplômés. Fondée en 2007, Amaris compte déjà plus de 1000 collaborateurs répartis sur une quarantaine d’implantations à travers le monde.

Outre les nouveaux postes créés cette année, la société prévoit d’engager encore 700 à 1000 personnes en 2014, hors acquisitions.

«D’ici à cinq ans, nous espérons compter 4000 collaborateurs», note Olivier Brourhant, cofondateur et directeur du groupe, qui s’appuie sur une équipe d’une soixantaine de personnes pour ­effectuer ce titanesque travail de recrutement. «Les premiers contacts se font généralement via les réseaux sociaux ou notre site internet. Nous venons d’ailleurs de lancer un nouveau site web pour accompagner la refonte de marque initiée fin 2011.»

Aide à l’innovation

Amaris compte plus de 350 clients, des multinationales essentiellement. Banques, sociétés pharmaceutiques ou collectivités publiques bénéficient d’un accompagnement personnalisé sur leurs différentes implantations à travers le monde. Les exemples sont variés. Cela va du développement d’un système de trading dans le domaine bancaire à la simulation numérique des ailes d’un avion en passant par la résolution de problèmes techniques pour capter des téléphones mobiles dans un métro ou des trains à grande vitesse. «Nous aidons les entreprises à innover», résume Olivier Brourhant.

Alors que le chiffre d’affaires d’Amaris devrait atteindre 80 millions de francs en 2013, la société, autofinancée, prévoit des ventes de 110 millions l’année prochaine. Le groupe a renforcé sa présence en Europe, en Amérique et dans la zone Asie-Pacifique.

Présence en Suisse

Outre son siège à Genève, la société possède également des bureaux à Lausanne, Bâle et Zurich. «Nous prévoyons d’ouvrir encore deux bureaux en Suisse», précise Olivier Brourhant, l’un des trois cofondateurs de la société aux côtés de François Latombe et Olivier Tisseyre. Le quatrième, Thomas Noël, a revendu ses parts pour divergences d’opinion et a rejoint la société Ilico.

Publicité