C’est un marché à l’état encore embryonnaire en Europe, mais déjà de masse aux Etats-Unis: celui des assistants personnels. Ce mardi, Amazon a présenté la troisième génération de son assistant numérique Echo, dont la première version avait été lancée en 2014. Le numéro un mondial de l’e-commerce règne aujourd’hui sans partage sur ce marché, s’en arrogeant plus de 70% des parts aux Etats-Unis, loin devant Google. Selon une étude de la société de recherche eMarketer, 35,6 millions d’Américains devraient utiliser, au moins une fois par mois, un tel assistant cette année. Soit une progression de 129% par rapport à l’an dernier.

En 2014, Amazon avait surpris de nombreux observateurs en lançant un appareil loin de son métier de base et qui ne pouvait se comparer à aucun autre sur le marché. En une phrase, son haut-parleur Echo, dans lequel se trouve l’assistant virtuel Alexa, écoute en permanence ce qui se dit autour de lui et répond à des ordres. Pour commander des articles sur Amazon, bien sûr, mais aussi pour appeler un chauffeur Uber, baisser les stores de son salon, consulter son agenda, allumer une ampoule de Philips ou contrôler son téléviseur Samsung.

Lire aussi: Amazon accélère son expansion mondiale et vise aussi la Suisse

Amazon a lancé plusieurs versions d’Echo: après l’appareil de base il y a trois ans (aujourd’hui proposé à 149,99 dollars, soit environ 150 francs), puis une version miniature (Echo Dot, à 49,99 dollars), une version dotée d’une caméra (Echo Look, à 199,99 dollars) est proposée depuis fin avril. Echo Look permet de se prendre en photo avec ses tenues, mais aussi de savoir quelle est la meilleure combinaison entre plusieurs habits, via le service Style Check, utilisant une intelligence artificielle.

Appels vidéo

Ce mardi, Amazon a présenté un nouveau modèle, baptisé Echo Show. Le nouveau haut-parleur est doté d’un écran de 7 pouces de diagonale (17,8 centimètres) et d’une caméra. Il intègre les mêmes fonctions que ses prédécesseurs, en ajoutant des fonctions vidéo. L’Echo Show permet d’effecteur des appels vidéo, mais aussi audio avec les propriétaires d’Echo d’ancienne génération. L’écran est capable de diffuser des programmes de CNN ou de YouTube, d’afficher ses photos de vacances, mais aussi de servir de babyphone pour surveiller son enfant. L’appareil sera ainsi capable de comprendre la commande «Alexa, montre-moi la chambre des enfants». L’Echo Show pèse 1,2 kilo, il coûte 229,99 dollars et sera disponible dès le 28 juin aux Etats-Unis – il n’y a pas de date pour l’Allemagne et la Grande-Bretagne, les deux seuls marchés européens où Amazon vend aujourd’hui ses haut-parleurs.

Avec ce nouveau haut-parleur, Amazon consolidera sa place de numéro un sur le marché des assistants personnels. Selon eMarketer, la multinationale détient 70,6% de ce marché, devant les 23,8% de Google, qui a lancé son assistant Home en octobre 2016 aux Etats-Unis. Le reste du marché se partage entre Lenovo, LG, Harman Kardon ou encore Mattel. «Comme les prix baissent et le nombre de fonctions augmente, les consommateurs trouvent de plus en plus de raisons d’adopter ces appareils», note un responsable d’eMarketer, qui prédit qu’Amazon devrait perdre des parts de marché ces prochains mois.

Lire également: Amazon pourrait valoir mille milliards de dollars, selon Barclays

Microsoft se lance

Microsoft pourrait être l’un des gagnants. Lundi, la société a présenté son premier haut-parleur, créé en partenariat avec Harman Kardon, qui embarquera son assistant personnel Cortana. Jusqu’à présent, ce système n’était utilisable qu’au sein de Windows, que ce soit sur PC ou sur smartphone. Le haut-parleur Invoke ressemble à la première version de l’Echo d’Amazon et proposera des fonctions similaires. Apple n’a pour l’heure dévoilé aucun projet similaire mais pourrait évoquer des pistes lors de sa conférence des développeurs du 5 au 9 juin. Il y a trois jours, Phil Schiller, responsable du marketing, jugeait négativement les appareils d’Amazon et de Google.

De manière plus générale, de plus en plus de personnes utilisent des assistants personnels contrôlés par la voix. Toujours selon eMarketer, cette année, 60,5 millions d’Américains utiliseront Siri, Cortana ou Google Now sur leur smartphone, soit 27,5% des utilisateurs de smartphones aux Etats-Unis. Ces services permettent non seulement de fidéliser les clients, d’obtenir davantage d’informations sur leur profil et leurs besoins, mais aussi de les faire ensuite utiliser d’autres services proposés par Google, Apple ou Microsoft.