Amazon confirme ses ambitions en matière de sécurité domestique. Mardi 27 février, le groupe de Seattle a annoncé le rachat de la start-up américaine Ring, connue principalement pour ses sonnettes connectées. Selon le New York Times, l’opération se chiffrerait à 1,1 milliard de dollars, ce qui représenterait la troisième plus importante acquisition de son histoire.

Lire aussi: Amazon, une multinationale à laquelle rien ne résiste

Vendues à partir de 179 dollars, les sonnettes de Ring sont équipées d’une caméra, permettant à l’utilisateur de vérifier sur son smartphone qui vient sonner à sa porte, et même de discuter avec la personne se trouvant sur le palier. Depuis son lancement en 2012, la société a diversifié son activité. Elle produit désormais des caméras de sécurité, des capteurs de mouvement et des détecteurs de fumée. Elle propose aussi deux abonnements, de 30 et 100 dollars par an, pour pouvoir enregistrer les flux vidéo.

Un marché à 51,5 milliards de dollars

Amazon avait déjà investi dans l’entreprise par l’intermédiaire de son fonds Alexa Fund. En décembre dernier, elle avait également racheté Blink, une jeune pousse concurrente de Ring. Ces acquisitions doivent lui permettre de devenir un acteur majeur du marché de la sécurité domestique. Un marché en pleine recomposition, sur lequel les acteurs traditionnels sont bousculés par les solutions à installer soi-même, le plus souvent couplées à une application mobile et à un service d’enregistrement dans le cloud.

D’après le cabinet Research and Markets, le marché mondial devrait atteindre 51,5 milliards de dollars en 2020. Aux Etats-Unis, celui-ci est également convoité par les grands groupes télécoms, comme Comcast et AT&T, qui combinent des offres de sécurité domestique à leurs abonnements Internet. Nest, la filiale de Google spécialisée dans les objets connectés, s’est aussi lancé fin 2017 sur ce segment.

Lire également: Damien Fournier: «Les marques sont paniquées par l’arrivée d’Amazon»

En investissant dans les sonnettes et les caméras de sécurité, Amazon cherche à imposer la livraison jusqu’à l’intérieur même du domicile. Et ainsi limiter les vols de colis laissés sur le palier. Selon une enquête commandée par Comcast, un tiers des Américains en ont déjà été victimes.

En octobre 2017, le géant du commerce en ligne a ainsi lancé Key, un système composé d’une serrure connectée et d’une caméra de sécurité. Celui-ci permet à ses livreurs d’ouvrir la porte d’entrée pour déposer un paquet. Le client peut regarder l’opération en direct sur son smartphone. Le dispositif n’est pour le moment disponible que dans 37 villes aux Etats-Unis.

Les courses livrées jusqu’au frigo

Ce type de livraison pourrait aussi être important pour les ambitions du groupe dans l’alimentaire. «A long terme, on peut imaginer que les clients d’Amazon pourront parler à leur enceinte Echo pour commander leurs courses, qui seront traitées chez Whole Foods puis déballées au domicile grâce à Ring», prédit Colin Sebastian, analyste chez le courtier Baird.

Le rachat de Ring s’inscrit enfin dans une stratégie plus globale. «Par une série de petites acquisitions et d’initiatives internes, Amazon bâti un écosystème de produits dans la maison connectée pour être le leader du marché et le leader dans l’esprit des consommateurs», souligne Daniel Ives, de GBH Insights.

Lire aussi: Pourquoi la puissance des empires de la technologie inquiète

L’entreprise a déjà pris une longueur d’avance avec sa gamme d’enceintes connectées Echo, qui capte environ 70% de ce nouveau marché aux Etats-Unis. Pour Amazon, l’objectif n’est pas tant de générer des recettes par la vente de ces appareils que «d’ouvrir de nouvelles voies de croissance pour le commerce en ligne, la recherche et la publicité», souligne Daniel Ives.