Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Selon la société de recherche eMarketer, Amazon contrôle désormais la moitié du marché de la vente en ligne aux Etats-Unis.
© Patrick Semansky / AP

Technologie

Amazon vise les mille milliards de dollars de capitalisation

Le numéro un mondial de l’e-commerce, porté par une croissance ininterrompue, voit sa capitalisation se rapprocher des mille milliards de dollars. Il pourrait ainsi devancer Apple et Google dans cette course

Un peu plus de 932 milliards de dollars. Avec, en ligne de mire, le cap des 1000 milliards. Amazon s’apprête à passer d’ici à quelques semaines, voire quelques jours, un seuil symbolique qui est sans doute le meilleur résumé de la puissance de la multinationale américaine. Alors que l’action de Facebook chutait de 19% jeudi, que Twitter s’effondrait de 15% vendredi (lire ci-dessous), Amazon progressait vendredi, à l’ouverture de Wall Street, de 3% après la publication de ses résultats trimestriels dans la nuit de jeudi à vendredi. La plupart des analystes estiment que les 1000 milliards sont à portée de main.

La multinationale basée à Seattle (Washington) est le numéro un mondial de l'e-commerce. Elle domine même la moitié de ce marché aux Etats-Unis, selon la société de recherche eMarketer. eBay – qui vient d’annoncer 300 licenciements en Californie – et Walmart la suivent, mais leur part est pour chacun inférieure à 10%.

L’importance du cloud

Amazon est devenu bien plus qu’un géant de l'e-commerce: ce secteur ne représente plus que la moitié de son chiffre d’affaires. La division Web Services (services cloud) représente désormais 11% de ses revenus, le solde étant constitué par les services d’abonnement (dont Prime), les ventes dans les magasins physiques (comme Whole Foods) et les commissions perçues auprès de vendeurs qui utilisent sa plateforme numérique.

Grâce à cette diversification, la société dirigée par Jeff Bezos – qui contrôle 16% de son capital et possède ainsi une fortune personnelle de 154 milliards de dollars – ne cesse de progresser. Son chiffre d’affaires trimestriel s’est accru de 39%, à 52,9 milliards de dollars, pour un bénéfice de 2,5 milliards.

Concurrents avertis

La suite ne sera pas si facile, avertit Jacques-Aurélien Marcireau, gérant du fonds Edmond de Rothschild Fund Big Data: «Amazon va se heurter de plus en plus à des acteurs de même calibre, comme Alibaba, dans les pays émergents. L’Inde sera un territoire particulièrement disputé au cours des prochaines années. Les forces de frottement vont donc aller croissant, d’autant plus que les concurrents présents et futurs d’Amazon sont désormais avertis et connaissent la stratégie de la société.»

Pour l’heure, Amazon poursuit sa diversification. Fin juin, le groupe annonçait le rachat de PillPack, une société qui vend des médicaments en ligne. Mais Jacques-Aurélien Marcireau avertit: «Amazon est déjà engagé sur de très nombreux marchés et risque de se disperser. La société devrait se concentrer sur les actions en cours.»

Alphabet bien placé

Pour le gérant de fonds, Amazon est tout à fait capable de passer la barre des 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière. «Mais, comme nous l’avons vu, ces capitalisations sont sujettes à de fortes variations. Plus de 100 milliards de valorisation de Facebook ont été détruits jeudi… Donc nous n’accordons pas une grande importance à ces seuils.»

Un seuil dont Apple, avec 954 milliards de dollars, est aujourd’hui le plus proche. La société doit publier ses résultats trimestriels la semaine prochaine. Alphabet, la maison mère de Google, est valorisé à 888 milliards. «Nous pensons qu’Alphabet sera la prochaine valeur à suivre, étant donné les relais de croissance de la voiture autonome, de la cartographie, ou encore du cloud computing, là où Apple ne dispose que d’un seul levier de croissance», estime Jacques-Aurélien Marcireau. Les attentes sont en tout cas beaucoup plus grandes pour Amazon – dont le ratio cours sur bénéfice est de plus de 100. Pour Apple, ce ratio est d’environ 15.


Twitter s’effondre de 15% à l’ouverture

Le titre du réseau social américain Twitter chutait de plus de 15% vendredi à l’ouverture de Wall Street, après des résultats trimestriels décevants marqués par un léger recul de ses utilisateurs. Twitter a enregistré entre avril et juin son troisième trimestre bénéficiaire d’affilée: le bénéfice net s’affiche à 100 millions de dollars, contre une perte de 116 millions pour la même période de 2017. Le bénéfice net ajusté par action, référence des investisseurs à Wall Street, ressort à 17 cents, soit en ligne avec les attentes des analystes.

Ombre au tableau: le nombre d’utilisateurs actifs mensuels, paramètre publié chaque trimestre par le site de microblogging, a reculé de 1 million, à 335 millions. Le directeur, Jack Dorsey, a attribué ce léger repli pour partie à l’entrée en vigueur en mai de la directive européenne sur la protection des données (GDPR).

Ce tassement est aussi dû, selon lui, au refus de Twitter de prendre en charge le coût des SMS pour les utilisateurs qui accèdent au réseau par ce biais. La tarification des SMS induit ainsi une baisse du nombre d’utilisateurs, qui ne souhaitent pas payer pour le service. Le réseau social a estimé que ces deux facteurs avaient entraîné une perte de 3 millions d’utilisateurs actifs mensuels sur le trimestre. Le chiffre d’affaires trimestriel de Twitter a atteint 711 millions de dollars, en hausse de 24% sur un an, principalement porté par la progression des recettes hors des Etats-Unis, qui ont crû de 44%.

(AFP)

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)