Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Olga Felmeier, fondatrice de Smart Valor, à Zoug.
© Dominic Büttner

Monnaies numériques

Les ambitions suisses de la reine du bitcoin

La zougoise d’origine ukrainienne Olga Feldmeier fait venir des stars de la Silicon Valley en Suisse pour le congrès international des crypto-monnaies et de la blockchain (Crypto Summit). Le bitcoin est pour elle le moyen de démocratiser l’accès à la richesse et constitue la deuxième génération du système bancaire suisse

Avec ses bureaux dans l’incubateur de Thomson Reuters, aux portes de Zoug, Olga Feldmeier et sa start-up Smart Valor sont au cœur de la Crypto Valley autant que de l’innovation blockchain. Elle n'a pas l'allure d'une star mais le nom de cette cryptofinancière d’origine ukrainienne figure en couverture d’un magazine chinois où elle est qualifiée de «reine du bitcoin». A l’évidence, le titre, qui ne lui déplaît pas, n’est pas usurpé. N’a-t-elle pas réussi sa première mission qui était de négocier avec les autorités suisses l’octroi d’une licence d’intermédiaire financier pour Xapo (en tant que membre d'un SRO), une société californienne cruciale pour les cryptomonnaies puisqu’il s’agit du «coffre-fort» des clés privées des détenteurs de bitcoins? N’est-elle pas, après avoir organisé un ICO Summit, la productrice du Crypto International Summit (27-28 mars), soit le Davos de la blockchain, à Zurich? N'appartient-elle pas aux «digital shapers» du magazine Bilanz?

De l’Ukraine à Zoug en passant par la Silicon Valley

L’histoire d’Olga Feldmeier permet de mieux comprendre ses convictions et sa nouvelle mission. Née en Ukraine, elle a très tôt affronté les conséquences dévastatrices de la fin d’un régime autoritaire, celui de l’Union soviétique dans les années 1990. «Lors d’un pareil effondrement, il n’y a aucune protection de la propriété. Tout est perdu», constate-t-elle. Cette leçon lui enseigne d’abord qu’il ne faut jamais abandonner et que le travail finit toujours, tôt ou tard, par payer.

Lire aussi: Blockchain, au-delà des cryptomonnaies

Cette expérience explique pourquoi elle considère le bitcoin non pas comme un actif spéculatif, qui lui a pourtant permis de disposer de suffisamment de capitaux pour démarrer sa propre entreprise, ni comme un instrument d’évasion fiscale. «C’est une protection en cas de catastrophe, une sorte de deuxième génération du système bancaire suisse, une défense contre les actes autoritaires de l’Etat», insiste-t-elle.

Olga Feldmeier obtient une bourse et quitte l’Ukraine en 1997 pour étudier la finance à l’Université de Munich, elle rejoint Boston Consulting à Munich, puis entre au sein de grandes banques, Barclays Capital et UBS. Après celle de l’Union soviétique, une deuxième catastrophe financière l’amène à s’intéresser au bitcoin: la crise du système bancaire chypriote en 2013. «Tout le monde a pu observer la corrélation entre une crise bancaire et une forte hausse du bitcoin. J’ai alors moi-même investi dans le bitcoin», explique-t-elle. Elle réinvestira encore en 2015. La baisse récente de 60% ne la rend nullement nerveuse, compte tenu de l’habituelle volatilité de cette cryptomonnaie. «A l’analyse, il m’est apparu que c’était l’une des plus grandes inventions de notre époque, susceptible de redéfinir l’histoire de la monnaie», avoue-t-elle.

Négocier avec la Finma

En 2015, elle s’envole vers la Silicon Valley pour rejoindre Xapo. Ce leader de la cryptomonnaie lui demande de venir à Zoug afin d’ouvrir la Suisse à la blockchain en général et à Xapo en particulier. Elle rencontre alors des politiciens, des associations et des avocats de la Finma et prend conscience des difficultés à obtenir une licence. «Je ne savais même pas exactement de quoi nous avions besoin», sourit-elle. Dans son analyse du modèle d’affaires, la Finma y voit l’équivalent d’un compte bancaire privé mais sur une blockchain. «Comme en cas de piratage de Xapo, toute la fortune d’un client disparaît, la Finma hésitait à nous demander d’obtenir une licence bancaire. Mais ce n’était pas une option pour une start-up. Finalement, l’autorité a accepté qu'elle opère en Suisse en étant membre d'un organisme d’autorégulation», raconte-t-elle.

Le processus a pris plus d’un an, mais cet accord a envoyé un signal fort au-delà de nos frontières. «La Suisse était ouverte à l’innovation dans la blockchain», lance-t-elle. Ce n’est pas mince. Pour elle, les deux plus grandes inventions des dernières décennies sont internet, pour la communication des informations, et la blockchain, pour le transfert de la valeur, «de toutes les sortes de valeur, pas seulement du bitcoin et des cryptomonnaies», précise-t-elle.

Le bitcoin lui plaît comme première monnaie transnationale, non gouvernementale, que personne ne contrôle et qui puisse défier la volonté des gouvernements: «C’est très proche de ce qu’a été le système bancaire suisse, un système de protection de la propriété durant les guerres et les turbulences, essentiellement pour les individus fortunés. Le bitcoin est identique mais pour tout le monde et dans tous les pays.» C’est une question de sphère privée, non pas de spéculation.

Lire également: La blockchain devient réalité en Suisse

Olga Feldmeier constate froidement les tentatives de certains Etats de proposer leur propre cryptomonnaie. Les Etats-Unis, pays qui aime tout contrôler, se préparent à introduire le fedcoin et assurer la transparence totale, la traçabilité de toutes les transactions. La Chine et bien d’autres adoptent aussi cette stratégie.

Créer un Amazon des placements alternatifs

Sa mission accomplie avec succès pour Xapo, Olga Feldmeier crée sa start-up, Smart Valor. «Mon rêve a toujours été de lancer une fintech», dit-elle. Son avantage est de se placer à la frontière de la banque et des cryptomonnaies. Smart Valor a créé une place de marché décentralisée pour les investissements «tokénisés» alternatifs, soit une sorte d’Amazon pour des placements ayant la forme de jetons (tokens).

Un peu d’explications: un jeton peut transférer une propriété ou n’importe quelle valeur physique sur une blockchain. Smart Valor imagine par exemple l’échange de participations dans une société de capital-risque. Les Initial Coin Offerings (ICO) constituent la première étape de la tokénisation, à travers l’achat de droits d’utilisation de services ou de participation dans une entreprise.

Smart Valor vise une deuxième génération, soit la possibilité d’échanger des portefeuilles d’entreprises. Pourquoi ces fonds ne pourraient-ils pas lever des capitaux et émettre des jetons? Pour Olga Feldmeier, il s’agirait d’une forme alternative de titrisation. Elle serait plus aisée et liquide que du capital-risque, puisque le jeton peut être échangé en tout temps, par exemple grâce à des systèmes d’enchères basés sur des «smart contracts».

Lire aussi: Faux krach sur les cryptomonnaies

Nous avons construit la plate-forme et pourrions coter certains actifs probablement dès cet été. Pour l’échange de titres, il faudra sûrement attendre l’automne

Olga Feldmeier

«Nous voulons démocratiser l’accès à des actifs très difficiles à se procurer, comme des droits de propriété intellectuelle ou l’art», explique-t-elle. L’idée consisterait par exemple à vendre des jetons sur des tableaux de Picasso, trop chers pour le commun des mortels, mais accessibles si la propriété est fractionnée et le transfert sécurisé.

On comprend mieux pourquoi sa mission consiste à démocratiser l’accès à la richesse, sur une base transfrontalière. Le plus grand défi est réglementaire. Il est difficile pour les sociétés de bitcoin ou de blockchain d’avoir une relation bancaire, y compris en Suisse. «C’est pourquoi nous travaillons à l’établissement de plusieurs licences en Suisse et au Liechtenstein», confie Olga Feldmeier. La Principauté a l’avantage d’avoir introduit l’an dernier une licence bancaire light, nécessitant seulement un million de francs de fonds propres. Smart Valor n’a pas l’intention d’obtenir une licence bancaire, mais d’être indépendant dans sa gestion des flux de cryptomonnaies. Mais le processus réglementaire risque d’être long, davantage que les aspects technologiques. «Nous avons construit la plate-forme et pourrions coter certains actifs probablement dès cet été. Pour l’échange de titres, il faudra sûrement attendre l’automne», prévoit-elle.

Priorité à l’indépendance

Forte de ses relations avec les vedettes de la blockchain, elle organise en Suisse cette semaine le Crypto Summit, à Zurich. Des vedettes de l’industrie de San Francisco, du Canada et d’ailleurs s’y joindront, comme Vinny Lingham, patron de Civic, l’un des cinq plus grands leaders d’opinion de l’industrie. C’est l’une des plus grandes conférences internationales sur les cryptomonnaies et la blockchain et elle a lieu en Suisse

Ce n’est pas un Davos de la blockchain parce qu’elle tient trop à l’idée de décentralisation et de communauté d’individus. «Nous ne sommes pas anti-establishment mais notre priorité est la liberté et l’indépendance», révèle-t-elle. Olga Feldmeier ne nie pas l’idée libertaire de la communauté crypto.

Parmi les centaines de cryptomonnaies, le bitcoin a l’avantage de la taille et de la liquidité ainsi que d’être le précurseur. Un peu comme Google dans son domaine. Pour Olga Feldmeier, le bitcoin a le potentiel pour devenir une monnaie de réserve alternative, une sorte d’or numérique.

La Finma est l’une des autorités de surveillance les mieux informées et les plus sophistiquées. Il est crucial de savoir que les autorités connaissent cette technologie

Olga Feldmeier

En Suisse, à Zoug, le bitcoin permet déjà de payer certains services publics. Par ailleurs, il est considéré comme une monnaie et non pas un bien. «On ne paie pas de TVA sur le bitcoin, ce qui signifie que c’est une monnaie et non pas une matière première», argumente-t-elle.

La Suisse a la possibilité d’être le centre de l’innovation globale dans la blockchain. «La Finma est l’une des autorités de surveillance les mieux informées et les plus sophistiquées. Il est crucial de savoir que les autorités connaissent cette technologie», avance la reine du bitcoin. Elle en veut pour preuve les directives sur l’ICO, qu’elle juge «très équilibrées et neutres». Le but est de favoriser les levées de fonds des innovateurs. Elle se félicite sous cet angle de la présence de Jörg Gasser, secrétaire d’Etat aux questions financières internationales, au Crypto Summit. «Cet esprit de dialogue entre l’économie, l’innovation et la politique est unique au monde», relève-t-elle.

La Crypto Valley fait toutefois face à un défi majeur: la montée en puissance du Liechtenstein du fait de sa réglementation plus légère qu’en Suisse. Pour Olga Feldmeier, les deux pays ont leurs propres avantages et inconvénients. La Suisse est davantage indépendante, puisque le Liechtenstein est lié à Bruxelles par l’EEE et doit demander l’approbation de l’UE dans l’établissement de ses conditions-cadres en matière de cryptofinance. Mais le Liechtenstein est plus proactif et agit plus rapidement que la Suisse avec sa licence light, repoussée par Berne à 2019. La concurrence est de toute manière une bonne chose pour les entreprises de la cryptofinance. Olga Feldmeier ne croit pourtant pas que le marché des ICO se déplacera dans la Principauté. 

Dossier
Ce bitcoin qui enfièvre les marchés financiers

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)