Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La Banque cantonale genevoise avait averti la bourse suisse avec un jour de retard qu'elle avait nommé un nouveau président, en avril 2017.
© DENIS BALIBOUSE/REUTERS

Finance

Amende de 30 000 francs pour la Banque cantonale de Genève

La bourse suisse sanctionne la BCGE pour deux retards dans des annonces que la banque a effectuées en avril 2017. Des retards qualifiés de moyennement graves 

La bourse suisse a prononcé mardi une amende de 30 000 francs à l’encontre de la Banque cantonale de Genève (BCGE). En cause, deux retards dans des annonces que la banque a effectuées en avril 2017, que SIX Exchange Regulation, le surveillant des entreprises cotées, qualifie de «moyennement graves».

Lorsqu’une banque cotée en bourse change de président, elle doit avertir le surveillant du marché suisse. La BCGE l’a fait avec un jour de retard lorsque l’arrivée de Gilbert Probst à la tête de son conseil d’administration a été rendue publique, le 1er mars 2017. La présentation aux actionnaires de l’ancien professeur à l’Université de Genève et ex-managing director au World Economic Forum (WEF) figurait à l’ordre du jour de l’assemblée générale prévu en avril. Il s’agit d’une «négligence légère» ayant donné lieu à une faute de «faible gravité», estime la SIX dans un communiqué publié mardi.

Split oublié

L’autre reproche fait à la banque concerne une erreur dans le calcul du dividende, en raison de la division de l’action (split) qui n’avait pas été prise en compte. «Les incorrections ont été rapidement constatées et réparées, sans qu’il y ait eu d’effet sur le cours de l’action», précisait au Temps Eric Bourgeaux, directeur financier de la banque, en octobre dernier, lorsque l’enquête de SIX avait été rendue publique.

Lire également: Deux oublis à l’origine de l’enquête de la bourse suisse contre la BCGE

Sollicitée par l’agence AWP, la banque estime que SIX ne sanctionne qu’une «simple erreur et un retard de nature administrative» qui avaient été très rapidement corrigés. Ils n’ont donc pas occasionné de pertes pour la banque ou ses actionnaires, déclare encore l’établissement.

La banque a revu ses procédures internes à la suite de cette double erreur, précise encore AWP. Elle réalise depuis un contrôle en amont des données transmises via la plateforme d’annonce de SIX, par laquelle les sociétés cotées remplissent leur devoir d’annonce.

La banque encourait jusqu’à 10 millions de francs d’amende. Des pénalités financières lourdes ne sont toutefois infligées qu’en cas d’agissements graves et accomplis de manière intentionnelle.

Lire aussi: La bourse suisse est toujours plus attractive

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)