Technologies

AMS: les trois lettres qui donnent le pouls d’Apple

Le fabricant de capteurs, coté à la bourse suisse, revoit ses prévisions à la baisse. En cause, le ralentissement des ventes d’iPhone, dont il est l’un des principaux fournisseurs

C’est une société, dont le nom ne dit sans doute rien au plus grand nombre. Elle a attiré pourtant l’attention d’analystes du monde entier jeudi, lorsqu’elle a annoncé revoir ses objectifs à la baisse. Et pour cause: AMS, basé en Autriche et coté à la bourse suisse, est l’un des principaux fournisseurs d’Apple, qui lui achète des capteurs de reconnaissance faciale pour ses derniers iPhone.

Apple représente plus de 40% du chiffre d’affaires d’AMS

Mark Diethelm, de chez Julius Baer

Quand l’entreprise de semi-conducteurs invoque «une baisse de la demande d’un important client» pour justifier ses prévisions, sans toutefois le nommer, les observateurs du marché y voient un indicateur de la marche des affaires du groupe californien dans le segment des smartphones. «Apple représente plus de 40% du chiffre d’affaires d’AMS», calcule Mark Diethelm, de chez Julius Baer.

De l’avis de cet analyste, spécialisé dans les valeurs technologiques, l’avertissement d’AMS confirmerait qu’Apple ne parvient pas à écouler aussi bien qu’espéré la dernière version de son smartphone plus coûteuse que les anciens modèles – l’iPhone XS Max à 512 Go lancé en septembre vaut 1739 francs. Ce, d’autant plus qu’il intervient à quelques jours d’annonces similaires de trois autres grands fournisseurs d’Apple, la société américaine Lumentum, la coentreprise nipponne Japan Display et le groupe britannique IQE.

Le marché du smartphone en recul au niveau mondial

La marque à la pomme avait déjà déçu les investisseurs début novembre à l’annonce de ses chiffres pour le troisième trimestre. D’une part, parce que les ventes de smartphones se sont stabilisées au même niveau que l’an dernier, la hausse du chiffre d’affaires n’étant attribuable qu’au prix de vente plus élevé de ses appareils.

D’autre part, parce qu’Apple avait dans la foulée annoncé qu’il ne communiquerait plus le nombre de smartphones vendus, se contentant de donner le chiffre d’affaires de la division iPhone. Il n’en fallait pas moins pour que les investisseurs y voient une possible baisse des ventes dans les années à venir, faisant perdre à l’action plus de 15% de sa valeur depuis.

A propos des chiffres trimestriels d’Apple: Apple parvient à vendre ses iPhone 30% plus cher

Cette tendance à la baisse est généralisée: au niveau mondial, le marché du smartphone a reculé de 6% sur un an au troisième trimestre (à 355,2 millions d’unités), soit son quatrième trimestre consécutif en repli, selon les données de l’institut de recherche IDC. «Les cycles de remplacement des smartphones devraient s’allonger, avec pour conséquence un recul de la demande», indique Michael Foeth, de Vontobel.

Le titre AMS a perdu 70% depuis janvier

AMS prévoit désormais un chiffre d’affaires compris entre 480 et 520 millions de dollars pour le dernier trimestre en cours, alors qu’il tablait sur 570 à 610 millions jusqu’à présent. La société a en outre ajusté sa marge opérationnelle visant 10% à 15%, au lieu des 16% à 20% annoncés fin octobre.

Le coup est d’autant plus rude que la société tombe de haut: en début d’année, le titre s’envolait de 25%, profitant notamment des espoirs placés dans les solutions de reconnaissance faciale. L’euphorie est retombée au printemps et la valeur de l’action a plongé de plus de 70%.

Lire aussi: L’action qui bondissait quand le marché s’effondrait

Malgré ces difficultés, le groupe table ces prochaines années sur une croissance des ventes à deux chiffres et une progression de sa marge opérationnelle vers 30%. «AMS confirme ainsi avoir plusieurs produits dans son pipeline», conclut Michael Foeth.

Publicité