La Banque nationale suisse (BNS) est sous le feu des critiques. Diverses voix, notamment celles d’élus verts et d’ONG, lui demandent de participer à la lutte contre le réchauffement climatique et de renoncer aux placements dans les énergies fossiles, à l’image du fonds souverain norvégien. «La BNS ne fait pas de politique», a rétorqué Andréa Maechler, membre de la direction générale de la banque centrale, vendredi à Berne, lors de la conférence nationale sur les fonds et l’asset management.