Numérique

Andreas Schollin-Borg: «Batmaid va s’attaquer aux marges des plombiers»

La plateforme numérique de nettoyage proposera dès avril une gamme complète de services à domicile. Elle espère se démarquer en faisant moins cher que la concurrence encore peu «transparente»

Batmaid étend ses services à la plomberie, l’électricité, le jardinage ainsi qu’aux entreprises. Sans lâcher son balai, la plateforme de ménage à domicile proposera dès le deuxième trimestre de l’année prochaine toute une gamme de nouveaux services.

La start-up de l'espace de coworking lausannois Gotham!, qui se rémunère grâce aux commissions prélevées sur les indépendants qui utilisent sa plateforme, devrait doubler ses effectifs à 52 personnes d’ici à août 2018. Entretien avec son cofondateur Andreas Schollin-Borg.

Contrairement au nettoyage, les métiers que vous ciblez maintenant sont régulés. Pourquoi vous attaquez-vous à ces marchés?

Andreas Schollin-Borg: Les plombiers et électriciens se font actuellement d’énormes marges. Comptez 75 francs de l’heure, si vous avez très bien négocié, et ajoutez encore 120 francs de déplacement. Même pour de simples opérations, il faut débourser des sommes considérables. Il y a un clair problème de transparence dans ces secteurs: aujourd’hui, j’ai autant confiance en mon électricien qu’en mon garagiste. En tant que client, j’ai peur de me faire saigner.

Partant, on comprend l’intérêt pour les clients, mais pourquoi un plombier passerait-il par une plateforme d’intermédiation?

Le désir d’entrepreneuriat. Beaucoup de gens ne veulent plus travailler pour de grosses entreprises, qui ne les paient pas à hauteur de leur travail. Même si le problème est moins prévalent que dans le nettoyage, il y a tout de même 20% des services de plomberie, électricité ou de jardinage qui se fait au noir. Nous leur proposons de réguler leurs activités et, en échange, nous les aidons à trouver des clients.

Pourquoi vous éloigner de votre activité principale?

Tous ces services seront regroupés sur une même plateforme. Il ne suffira, par exemple, que de changer quelques variables à notre algorithme. Nous avons engagé un responsable pour ces nouveaux secteurs. Il consacrera deux semaines à apprendre chacun de ces métiers et gérera ensuite la sélection des professionnels qui travailleront avec notre plateforme. Par ailleurs, nous allons également lancer un service de nettoyage destiné aux entreprises, qui inclura la livraison des produits incontournables de bureau (café, eau, fruits etc).

Cette volonté de diversification ne traduit-elle pas des difficultés sur votre activité principale?

Nous sommes confortables dans le secteur des ménages à domicile. Nous faisons travailler quelque 1000 personnes. Nous pensons atteindre le break-even [seuil de rentabilité] dès l’année prochaine. Soit après trois ans d’existence, contre sept pour la moyenne des start-up. Ce développement – par ailleurs autofinancé – traduit plutôt une anticipation par rapport à l’arrivée de concurrents étrangers dotés d’une meilleure capacité à lever des fonds.

Les plombiers et électriciens sont des corporations organisées. Ne craignez-vous pas qu'ils se mobilisent comme les taxis face à Uber?

S’ils viennent à Gotham!, j’espère que ce sera pour trouver du boulot [rires].

Publicité