La confiance envers les placements qui respectent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) reste lacunaire. La finance durable doit franchir de nouvelles étapes si elle veut poursuivre son développement, selon Angela de Wolff, fondatrice de Conser, 100% dédiée au conseil en finance durable. Créée en 2007 pour aider les investisseurs et les gérants dans leur démarche durable, la société est passée d’un rôle initial de conseiller à celui de vérificateur indépendant. «Nous sommes la SGS de la finance durable», lance la Genevoise.

Depuis 2015, l’investissement durable s’est vivement développé, entre autres, après la signature par la Confédération de l’Accord de Paris et de l’Agenda 21 qui enjoignait aux acteurs financiers de répondre aux défis climatiques. Des outils de calcul des impacts et des mesures de décarbonisation des portefeuilles sont apparus. Plus globalement, la finance a été sensibilisée et interpellée pour contribuer aux objectifs du développement durable. Sous pression et plus professionnelle face à ces enjeux, la place financière a pris conscience que tout investissement doit désormais prendre en considération les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).