La flambée des prix et la volatilité ont généré des résultats historiques dans le milieu suisse du négoce en 2021, selon des communiqués et des révélations de la presse en mars. Le dernier porte sur Vitol, une multinationale qui appartient à environ 350 personnes, et qui a réalisé un bénéfice net supérieur à 4 milliards de dollars en 2021, selon l’agence Bloomberg, une performance que la firme basée à Genève ne commente pas. Elle a publié la semaine dernière un volume d’échanges de 279 milliards de dollars, contre 140 milliards en 2020.

Lire aussi: Les traders suisses restent accros au pétrole russe

De son côté, Mercuria a réalisé un bénéfice de 1,25 milliard de dollars, le plus élevé de son histoire (+59% sur son précédent record de 2020). Le groupe genevois a par ailleurs investi 1 milliard de dollars dans la transition énergétique. Le zougois Glencore a aussi connu une année record, avec un bénéfice de 4,9 milliards de dollars qui lui a permis de verser 4 milliards de dollars à ses actionnaires. En décembre, le genevois Trafigura avait fait état d’un bénéfice net de 3,1 milliards de dollars pour son exercice clos le 30 septembre (+94%), du jamais vu.

Marchés volatils, bénéfices record

Gunvor est parti sur des performances similaires: en septembre, le groupe de Torbjörn Törnqvist a déclaré que ses volumes d’échanges avaient augmenté de 28% sur un an pour atteindre 118 millions de tonnes de janvier à juin 2021. L’entreprise genevoise est le principal négociant mondial en gaz naturel liquéfié. Cette denrée est courue en Europe depuis le début de la guerre en Ukraine car le continent veut limiter sa dépendance au gaz russe.

Lire aussi: Petit manuel de sobriété énergétique

Les négociants dégagent souvent des bénéfices importants quand les marchés sont volatils. Cela a été le cas lors de la crise financière de 2008, le Printemps arabe en 2011 ou la chute des cours des matières premières en 2014. Durant la pandémie, ils ont pu acheter d’énormes cargaisons de pétrole, quand les prix étaient bas, et les revendre à terme à un prix plus élevé, le temps de les stocker. Quand la volatilité est moindre, leur performance tend également à être moins spectaculaire.