Antoine Frérot n’a pas besoin d’aller très loin pour observer les inégalités qui se creusent dans nos sociétés, et la complexité d’un monde où le changement climatique et la pauvreté engendrent migrations, frustrations et colères. La tour occupée par Veolia à la porte d’Aubervilliers, à la périphérie de Paris, ouvre sur le canal de la Villette et le centre commercial Le Millénaire, où des milliers de migrants sans papiers campaient jusqu’à ces derniers mois sous des tentes de fortune, ravitaillés par des organisations caritatives. Un raccourci saisissant pour cette multinationale spécialisée dans les services collectifs comme la distribution d’eau et d’énergie ou le traitement des déchets sur tous les continents.