Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La bourse de New York est souvent plus volatile en été.
© Spencer Platt/Getty Images

Placements

Août, mois maudit pour les marchés?

Historiquement, août est une des périodes les plus volatiles de l’année, en raison d’événements inattendus et de faibles volumes. Cette année pourrait à nouveau confirmer la tendance

Si l’on se fie aux chiffres, nous quittons l’un des mois les plus favorables de l’année pour entrer dans l’un des plus chaotiques. Sur les marchés, juillet affiche presque toujours des hausses des actions. 2018 n’a pas fait exception: alors que le mois touche à sa fin, l’indice S&P500 des actions américaines a déjà engrangé 4,7%. Une raison possible: la plupart des sociétés publient leurs résultats semestriels à cette période et dopent les cours – hormis Facebook cette fois.

A ce sujet: Une chute de 18% à l'ouverture: les chiffres de Facebook horrifient ses actionnaires

Sur dix ans, c’est même le deuxième meilleur mois de l’année, toujours si l’on observe l’indice S&P500, qui a progressé de 2,25% en moyenne chaque juillet, selon la société LPL Finance.

Tout cela pourrait bien s’arrêter dès mercredi. Depuis 1987, il n’y a pas eu de pire mois que celui d’août pour les marchés, à l’exception de septembre. En termes de baisse, mais aussi de volatilité, particulièrement élevée. Depuis 1987, l’indice Dow Jones Industrial Average a perdu en moyenne 1,1%, soit le pire mois pour les actions en trente ans, a calculé Bloomberg. Quant à la volatilité, elle est plus élevée que le reste de l’année.

Mois mouvementé

«C’est vrai, ces dernières années, août a souvent été assez mouvementé. Il s’agit d’une conjonction d’événements qui pourraient se produire à n’importe quel moment de l’année – comme la crise des marchés chinois il y a trois ans – et d’une plus faible liquidité. Comme moins d’investisseurs ont l’œil rivé sur leur écran, des ordres peuvent avoir un effet plus important sur les cours que le reste du temps», explique Nadège Dufossé, responsable de l’allocation d’actifs pour la société Candriam. Elle n’y voit pourtant pas de «raisons structurelles». Lors de la crise financière ou celle de l’euro, les mois d’août avaient été l’occasion de grands soubresauts. Exemples? En août 2011, une série de rumeurs enflamme la bourse: elles touchent toutes les banques françaises, en particulier Société Générale, soupçonnée d’être au bord du gouffre suite à la crise de l’euro. Puis, en 2015, les inquiétudes sur la Chine secouent les places du monde entier.

Gilles Prince, responsable des investissements chez Edmond de Rothschild Suisse, n’estime pas non plus que «les marchés soient particulièrement nerveux pendant l’été» et y voit surtout le signe d’une activité plus faible. Il rappelle que le cas du mois d'août n’est pas isolé: «Les lundis sont souvent aussi des séances plus sujettes à volatilité que le reste de la semaine, notamment parce que des informations tombent le week-end.»

Les mois suivants également

Qu’en sera-t-il pour le mois à venir? «Nous devons nous attendre à davantage de volatilité», prévoit Gilles Prince. Rien à voir avec des volumes plus faibles cette fois: «Il y a davantage d’incertitudes dans les marchés en ce moment», explique-t-il, citant la guerre commerciale face à laquelle «les investisseurs se montrent quelque peu indifférents». Comme s’ils ne réalisaient pas toujours l’impact que les mesures de protectionnisme pouvaient avoir sur l’économie réelle. «J’ai l’impression d’une forme de déni, tout le monde veut croire que tout se passera bien, malgré les mesures prises de tous les côtés», s’inquiète-t-il.

Pour l’instant, les marchés «sont abreuvés de bonnes nouvelles: la croissance économique reste bien orientée, les bénéfices continuent de croître, les marges des sociétés demeurent élevées, mais les attentes importantes créent un potentiel de déception plus grand. Et cela se traduira par un retour de la volatilité», assure le spécialiste. Ce mois-ci, mais probablement aussi les prochains.

Echéances multiples

Nadège Dufossé voit un certain nombre d’échéances dans les semaines à venir qui pourraient secouer les marchés. «Les discussions autour de l’Alena, la guerre commerciale, les restrictions dans les investissements dans la technologie, l’Iran, tous ces sujets seront dans les esprits», cite-t-elle. Sans se montrer particulièrement inquiète: «Ces thèmes peuvent produire de la volatilité, mais il existe aussi un effet de lassitude et d’accoutumance qui limiterait les réactions.»

Pour la spécialiste, il convient de se concentrer sur les fondamentaux économiques. Est-ce que l’économie européenne se redresse après un premier semestre un peu décevant? Y a-t-il un risque que les indicateurs américains se dégradent? Les pays émergents vont-ils profiter du stimulus chinois? Voilà les questions qu’il faut se poser. «S’il y a une déception de ce côté-là, les marchés réagiront», prévient-elle.

Prudence et diversification

Dans ce contexte, Gilles Prince incite à la prudence et à la diversification. «Ce n’est pas le moment de prendre des paris marqués. Nous avons tactiquement réduit l’allocation en actions pour l’été, parce qu’on voit les risques augmenter, particulièrement pour l’Europe et les pays émergents étant plus vulnérables», explique-t-il.

Nadège Dufossé, elle, mise sur les petites et moyennes capitalisations, moins sensibles aux enjeux des exportations et davantage à la croissance locale. De même que sur les titres défensifs, notamment dans l’alimentation et tout ce qui est lié à l’innovation. Elle se dit neutre sur l’Europe, plus enthousiaste sur les Etats-Unis et les pays émergents, où les valorisations sont attractives.

Restent les surprises. Août 2018 nous en réserve peut-être d’autres.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)