Le nom de Liberty Global, le premier câblo-opérateur à l’échelle internationale, n’est pas toujours connu des consommateurs suisses. Pourtant, le groupe, qui compte 29 millions de clients sur le plan international et qui est actif dans plus de 30 pays, est aussi le propriétaire d’UPC (ex-Cablecom) qui a près d’un demi-million de clients en Suisse dans le domaine de la téléphonie fixe et quelque 1,25 million de personnes dans la télévision.

Lire aussi: Eric Tveter: «UPC tient le choc face à Swisscom»

De passage à Zurich pour se rendre à Davos, Mike Fries, le directeur de Liberty Global, se dit chanceux de pouvoir évoluer dans un domaine d’activité qui affiche une croissance à deux chiffres en pourcent. «Il y a peu de secteurs qui affichent année après année de tels taux de croissance», affirme, résolument optimiste, l’Américain. Mais il s’agit aussi d’un domaine qui évolue à un rythme extrêmement rapide: «Il y a dix ans, nous réalisions encore plus de la moitié de notre chiffre d’affaires avec la vidéo en ligne. Aujourd’hui, nous proposons à peu près tous les types de services, aussi bien l’accès internet à haut débit, la téléphonie que les services pour les entreprises (B2B). Offrir tous les types de services à tous les consommateurs est la base de notre philosophie», résume le détenteur d’un MBA de l’Université de Columbia lors d’un entretien avec Le Temps.

L’exclusivité devient une nécessité

L’offre de contenu proposé par les câblo-opérateurs sera aussi un élément de différenciation important, anticipe-t-il. L’approche de Liberty Global consiste à donner accès à la plus grande offre, le plus souvent via des partenariats, avec des acteurs internationaux ou locaux, à l’exemple de la société britannique Sky ou encore de Teleclub dans le domaine de la télévision par abonnement.

Liberty Global prévoit-il de proposer à son tour des contenus exclusifs à ses clients, en plus des services d’accès? «C’est une nécessité», estime Mike Fries. L’idée est aussi d’offrir des contenus «premium» afin de fidéliser la clientèle. Il peut s’agir par exemple de séries télévisées proposées en primeur ou des émissions de type «scripted dramas». Ici aussi, le groupe envisage de travailler avec des partenaires, plutôt que de développer une offre en solo.

Netflix, concurrent et partenaire

Impossible dans ce secteur d’activité de ne pas évoquer le géant de la vidéo en ligne Netflix qui a annoncé jeudi avoir encore gagné 7,1 millions d’abonnés à travers le monde au quatrième trimestre.

Lire aussi: Netflix glane plus d’abonnés que prévu

Qu’a changé l’arrivée sur le marché de la société américaine pour Liberty Global? Selon Mike Fries, cela a d’abord obligé son groupe à investir davantage dans son interface avec ses utilisateurs, afin de faciliter l’accès au contenu via différents supports, qu’il s’agisse de smartphones, de tablettes ou de la télévision. Toutefois, il ne voit pas seulement Netflix comme un concurrent mais aussi comme un partenaire sur certains marchés, comme c’est le cas en Suisse via UPC.

Les consommateurs suisses sont parmi les plus exigeants

Comment juge-t-il les chances d’UPC de pouvoir concurrencer Swisscom qui domine le marché suisse? Selon Mike Fries, il n’y a pas mille façons d’y parvenir: «Il faut être meilleur! A la fois sur les prix, la rapidité de l’accès à internet, le service aux clients», cite-t-il. Le fait d’appartenir un groupe actif à l’international est un atout pour UPC, Liberty Global disposant d’une importante capacité de négociation lors d’achat d’équipements. De même, c’est aussi un avantage lors du développement de nouveaux appareils, à l’exemple d’un modem de dernière génération appelé Connect Box.

Participer à la consolidation du secteur

Il ne manque pas de souligner l’importance du site suisse d’UPC, qui sert de «hub» pour sept pays européens. Selon lui, la clientèle helvétique est aussi intéressante pour tester de nouvelles applications ou services. «Les consommateurs suisses sont très exigeants. Il faut beaucoup de temps pour réussir à gagner leur fidélité», observe-t-il. Dans tous les cas, Mike Fries est convaincu qu’UPC pourra participer au processus de consolidation au sein d’une branche encore fragmentée qui compte encore plus de 6000 fournisseurs d’accès sur l’ensemble de l’Europe.