«Extorsion d’argent»: Apple n’a pas eu peur d’employer cette expression pour décrire les plaintes qu’il vient de subir de la part de Nokia. La société finlandaise a attaqué, jeudi, la marque à la pomme devant plusieurs juridictions, l’accusant de violation de brevet. L’affaire est complexe puisque en début de semaine, les rôles étaient inversés, Apple portant plainte contre Nokia. Ce dernier est soupçonné par la société américaine d’engager des «chasseurs de brevets» («patent trolls», en anglais) pour servir ses intérêts.

Nokia a engagé une action au niveau mondial, en déposant sa plainte devant des tribunaux allemands à Düsseldorf, Mannheim et Munich, ainsi que dans l’Etat américain du Texas. Le groupe finlandais, qui se réserve le droit de solliciter d’autres juridictions, mentionne la violation de 32 brevets dans ses plaintes, concernant la conception d’écrans, d’interfaces utilisateur, de logiciels, d’antennes, de puces et d’encodage vidéo. Au total, Nokia affirme avoir en sa possession des dizaines de milliers de brevets protégés, dont le rachat et le développement lui ont coûté, toujours selon ses dires, 115 milliards de dollars.

Violation d’accord

Dans sa plainte, Apple affirme que Nokia n’est pas franc en ne respectant pas un accord passé en 2011. La marque à la pomme avait accepté de rémunérer (pour 720 millions de dollars) son concurrent pour des technologies utilisées dans les iPhone. Mais Nokia est accusé d’avoir soustrait certains brevets à cet accord et de les avoir transférés à des «chasseurs de brevets». Nokia «utilise la tactique d’un «patent troll» pour tenter d’extorquer l’argent d’Apple. La société finlandaise applique une redevance sur les inventions d’Apple avec lequel elle n’a pourtant rien à voir», a écrit la société américaine.

Parmi les «chasseurs de brevets» figurent les sociétés Acacia Research Corporation, Conversant Intellectual Property Management et sa filiale Core Wireless Licensing. Pour Apple, ces coquilles vides ne sont que des marionnettes à la solde de Nokia. La semaine passée, Apple a d’ailleurs dû payer 7,3 millions de dollars à Core Wireless Licensing. Selon une plainte d’Apple, Acacia l’a déjà attaqué plus de 40 fois en justice. Et la plupart du temps, ce sont des brevets de Nokia qui ont été utilisés dans ces plaintes.

«Un maximum de gains»

Pour Florian Mueller, responsable du site de référence sur les brevets FOSS Patents, «Nokia a industrialisé le concept de piraterie plus loin que n’importe quelle autre société». Et d’ajouter: «Tous les acteurs majeurs de l’industrie concentrés sur la fabrication de produits (et non pas sur les revenus liés aux licences) me rejoindront pour souhaiter qu’Apple gagne». Pour Matt Larson, analyste chez Bloomberg Intelligence, «Apple s’est souvent battu pour limiter les frais de licence, alors que Nokia veut obtenir un maximum de gains de sa propriété intellectuelle.»

Cette propriété intellectuelle, Nokia l’a acquise au fil des années, mais surtout via le rachat, en avril 2015, du groupe franco-américain Alcatel Lucent. Concentré sur la construction des réseaux télécoms, Nokia dépend de plus en plus des revenus aux licences, notait jeudi le «Wall Street Journal». En 2015, sa division Nokia Technologies, spécialisés dans les licences, a représenté 8% de son chiffre d’affaires. Et selon les calculs de Bloomberg, cette division représente à elle seule 40% du bénéfice opérationnel du groupe.

A noter qu’en parallèle, le conflit mondial opposant Apple et Samsung sur les brevets, démarré en 2011, est toujours devant la justice.

Téléphones sous licence

Nokia n’a aujourd’hui plus de lien direct avec la fabrication de téléphone. Mais une autre société finlandaise, HMD Global, a présenté la semaine passée ses premiers portables sous la marque Nokia. HMD Global travaille en exploitant une licence fournie par… Nokia Technologies.


Sur le même sujet: