Montres connectées

Apple affine sa stratégie horlogère

La deuxième mouture de l’Apple Watch met encore davantage l’accent sur le sport et le suivi d’activité. La marque californienne baisse ses prix et abandonne son modèle haut de gamme en or

Au premier coup d’œil, rien de nouveau. La deuxième version de l’Apple Watch, sortie vendredi, est identique à la première: qu’il s’agisse de son épaisseur, de sa taille ou de ses excroissances (couronne et bouton principal), tout ressemble à la première mouture.

La plus importante des nouveautés est à aller chercher dans le changement de stratégie d’Apple. L’an dernier, lors du lancement de la première Apple Watch, la société californienne proposait des modèles dont les prix couraient de 389 francs pour la version sport à 17 500 francs pour le modèle en or.

Le modèle d’entrée de gamme de cette deuxième version, en aluminium, coûte 419 francs (299 francs pour la première mouture améliorée). Les versions les plus chères avec le bracelet Hermès ou un boîtier en céramique grimpent au maximum à 1759 francs. «C’est clairement le point le plus important de cette nouvelle montre», pointe René Weber. Pour l’analyste de la banque Vontobel, Apple a affiné sa stratégie et laisse désormais le haut de gamme de côté.

Ce qui peut présager d’une transition dans l’industrie. «Lentement, après tâtonnements, les smartwatches trouvent leur place. Et Apple semble avoir décidé que les enjeux concernaient la mesure d’activité plutôt que le luxe», relève René Weber.

Incursions supplémentaires sur le suivi d’activités

Cela se vérifie dans les innovations présentées pour cette nouvelle montre. Apple annonce deux nouveautés «clés». La première est une résistance à l’eau jusqu’à une profondeur de 50 mètres. Cela permettra aux adeptes de natation de garder leur montre sous l’eau et de mesurer leurs efforts.

La seconde est la présence d’un GPS intégré à la montre. Encore une fois, cette amélioration s’adresse aux sportifs qui pourront ainsi partir en randonnée ou en footing sans embarquer leur téléphone portable. En outre, une version spéciale de la montre, conçue avec Nike, sortira d’ici fin octobre.

La baisse de prix et ces deux incursions supplémentaires sur le marché du suivi d’activités indiquent que la marque californienne entend désormais s’attaquer de front à FitBit ou Jawbone, les spécialistes du secteur.

Pas de carte sim

Grâce à WatchOs 3, la nouvelle version du système d’exploitation, il est désormais possible de partager ses activités physiques avec des amis et de personnaliser de manière plus détaillée le cadran de sa montre. A noter l’arrivée (également présent sur iOS10) de «Maison», une application permettant de contrôler l’environnement de son domicile – à condition, bien sûr, que ce dernier soit connecté.

Les aficionados qui attendaient une évolution de la batterie seront déçus. En utilisation intensive, la montre ne tiendra toujours pas plus longtemps que 18 heures – et se recharge à 80% en une heure et demie. Et si certains se réjouissaient déjà que la montre puisse accéder à Internet sans téléphone (grâce, par exemple, à une carte E-Sim), il leur faudra déchanter. Ce n’est pas encore pour cette version.


Lire également:

Publicité