Technologie

Apple emprunte en euros, son action flambe

La société a levé 2,8 milliards d’euros. Le titre dépasse désormais les 100 dollars

Apple emprunte en euros, son action flambe

Technologie La société a levé 2,8 milliards d’euros. Le titre dépasse désormais les 100 dollars

Les actionnaires d’Apple scrutent avec attention le cours de la société depuis trois semaines. Depuis mi-octobre, le titre bat régulièrement des records. Mercredi, l’action ouvrait à 109 dollars dans un contexte particulier. Hier, Apple a en effet réalisé le premier emprunt en euros de son histoire,

La société a ainsi levé au total 2,8 milliards d’euros (3,4 milliards de francs) en deux tranches, l’échéance des obligations étant 2022 et 2026. Ce n’est pas la première fois qu’Apple est ainsi actif sur le marché obligataire. En 2013, la marque à la pomme avait levé la somme de 17 milliards de dollars. En avril de cette année, 12 milliards de dollars supplémentaires ont été empruntés.

Les raisons de ces emprunts répétés sont doubles. D’abord, Apple profite de marchés inondés de liquidités par les banques centrales pour emprunter à bon compte, les taux d’intérêt étant bas. Ensuite, Apple a, à deux reprises, emprunté pour redistribuer de l’argent à ses actionnaires, que ce soit sous la forme de rachat de titres ou de versement de dividende. Et ce alors même que la société détient actuellement quelque 133 milliards de cash. Mais voilà, 88% de cette somme, selon de récents calculs de l’agence Bloomberg, est située hors des Etats-Unis. Apple ne souhaite pas rapatrier ce montant sur sol américain, afin d’éviter de se voir taxé à hauteur de 35%. Du coup, il est plus économique pour Apple d’emprunter. Dans le cas de sa dernière levée de fonds, la société ne précise pas exactement l’utilisation prévue, évoquant «les affaires générales de l’entreprise, y compris des rachats d’actions et le paiement de dividendes» ainsi que des investissements ou des acquisitions.

La pression de Carl Icahn

Ces derniers mois, Apple a pris plusieurs décisions favorables à ses actionnaires. Il y eut un premier rachat d’actions en 2013 et, cet été, la division par sept de la valeur du titre, afin de le rendre plus liquide.

Ces actions ont été effectuées alors que le financier Carl Icahn ne relâche pas sa pression sur la direction d’Apple. Le financier, actionnaire activiste, a écrit début octobre à Tim Cook pour l’inciter à racheter davantage de titres. L’homme, âgé de 78 ans et qui détient quelque 53 millions d’actions, affirme que si la direction rachète davantage de titres, leur valeur pourrait à terme atteindre les 203 dollars. En février, Apple avait annoncé avoir racheté pour 40 milliards de titres au total, après avoir fixé, en 2013, une limite à 90 milliards. Carl Icahn, de son côté, exige que la société rachète au total pour 100 milliards de dollars d’actions.

Publicité