Technologie 

Comment Apple, Facebook ou Microsoft tuent la concurrence

Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft viennent d’annoncer des milliards de bénéfices. Pour poursuivre leur domination et lancer de nouveaux services, ils investissent massivement dans les infrastructures cloud. Ils embauchent aussi par dizaines de milliers de nouveaux collaborateurs

Apple? 13,7 milliards de dollars. Microsoft? 10,7 milliards. Google? 7,1 milliards. Facebook? 6,1 milliards. Amazon? 2,1 milliards. En l’espace de deux semaines, les cinq géants américains de la technologie ont annoncé des bénéfices d’un total de 39,7 milliards de dollars (39,1 milliards de francs) pour le dernier trimestre. Les GAFAM, acronyme pour ces cinq multinationales, semblent plus que jamais intouchables. Mais cette domination a un prix: tous ces groupes enchaînent des investissements conséquents, notamment dans le cloud, soit l’informatique en nuage. Une condition sine qua non pour tenter de tuer toute tentative de concurrence.

Car de manière générale, quatre de ces cinq GAFAM – en excluant Apple –, spécialistes du web, «bénéficient de l’effet dit de «the winner takes it all», estime Julien Leegenhoek, analyste actions technologiques à l’Union Bancaire Privée (UBP): «On le voit avec les parts de marché gigantesques d’Alphabet en matière de moteur de recherche (Google) ou de plateforme vidéo (YouTube). La position dominante d’Amazon repose également sur cet effet, couplé à une logistique qui lui permet un service de livraison sans équivalent. Facebook a racheté très tôt l’ensemble de ses concurrents potentiels, Instagram et WhatsApp. Peu d’entreprises peuvent venir concurrencer ces trois géants sur leurs métiers.»